Avertir le modérateur

31 mai 2006

Le développement durable expliqué aux non-initiés

Pas une forme olympique (non ! Je n'ai pas partagé ma planche avec Guy et Sébastien ! D'abord, je ne prête JAMAIS ma planche ! Z'avez compris Mister Smell of Napalm in the Morning ?)...

Mais bon. Un vieux fond de discipline culpabilisante venu du fond des âges de mon éducation.... Merci, Papa !

Le développement durable, donc.

Pour le pékin moyen (dont je fais partie), ce sont les délicieux spots d'un Fabrice Luchini nous expliquant avec tout ce qu'il a d'inimitablement génial, que si nous n'éteignons pas notre téloche quand elle ne sert pas, nous sommes des serial killers d'ours polaires qui ne nous ont rien fait, les pov'bêtes ! 

Ça, c'est pour les cultureux auxquels Luchini a été capable de faire avaler la pilule "Céline" malgré "Bagatelle pour un massacre".

Pour les autres, les TFHaine addicts, je dirais que si la vision d'un Nicolas Hulot toujours aussi artistiquement ébouriffé est capable de provoquer au choix un érection brutale ou une humidification incongrue, ils vont se précipiter sur les ampoules basse consommation ou abandonner le bain pour la douche... au mieux !

Perso, quand je vois ce pauvre Nicolas, je vois aussi un tuba et un masque de plongée... avec la diction qui allait avec. Vous vous souvenez du ridicule de la chose ? Non ? Z'êtes trop jeunes ou pas assez lucides sur la crédibilité de notre aventurier du jeu de palmes avec hélico, service d'ordre et cachet à l'avenant payés par la Maison Bouygues (qui, comme chacun le sait, est une grande humaniste de l'écologie).

Sauf qu'il ne faut quand même pas sortir de Centrale pour comprendre que "développement" et "durable" dans la mesure où ça s'applique à un espace fini, nommé Terre, c'est du gros pipeau !
Qu'on m'explique comment on pourrait continuer à "développer durablement" quelque chose dont on connaît les limites ?

Parce que durablement, a priori, c'est quelque chose qui dure, non ? 

Et n'y en a-t'il point parmi nous pour douter que la liste des super-entreprises utilisant le développement durable comme un outil de marketing seraient, par la grâce d'on ne sait quel éblouissement, brutalement devenues championnes d'autre chose que de leurs profits ? La preuve...

Bêtisier du développement durable 

Bon.
Je ne vais pas m'énerver plus avant étant donné que mon oscilloscope personnel frise la saturation, donc je vais vous coller un lien qui devrait vous déboucher les tympans et vous immuniser contre la vague de "bons sentiments qui tuent pas les ours polaires" que cette semaine du Développement durable devait provoquer comme reflexes de Pavlov et planquage de la merde du chat sous le tapis...

Critique du développement durable

Aucune raison de faire dans la redondance quand d'autres que moi expliquent ça de façon imparable.
Lisez également René Riesel, "Du progrès dans la domestication", Paris, Encyclopédie des nuisances



Bande-son : Alcool (Marina Fois - Filles Perdues Cheveux Gras)
Bande-son : Alcool (Marina Fois - Filles Perdues Cheveux Gras)

30 mai 2006

Clément... mais pas pour tous !

J'ai une grosse colère sur le feu mais elle n'a pas du assez mijoter à mon goût... donc le développement durable attendra gentiment demain que je sois en état de lui démonter la tronche façon gore avec cervelle sur le mur et sang plein les mains.

Et puis, nous avons droit aujourd'hui aux impayables "Questions au gouvernement" et c'est notre Ministre de l'Injustice qui s'est collé dans les starting blocks d'un 110 mètres haies de tous les dangers.
Ça donne ça :

 Clément s'adressant à l'opposition :

"Quand le président de la République exerce son droit de grâce, que ce soit pour (Maxime) Gremetz, que ce soit pour (José) Bové, que ce soit pour (Harlem) Désir, je n'ai jamais entendu votre indignation!".
"Si c'était en mon pouvoir, je vous décernerais une médaille d'or : celle de l'hypocrisie"

 

Qu'un Ministre de la Justice ne sache même pas faire la différence entre "grâce" qui n'efface pas la peine ni le casier judiciaire et "amnistie" qui vous blanchit mieux que de la Javel au point que les intrépides qui pourraient faire allusion à vos turpitudes passées se verraient, EUX, condamnés sans chance d'amnistie, c'est déjà très fort de café !
Bové fout un pied en dehors de la ligne blanche, il part dormir en taule !
Guy Drut, lui, peut dormir sur ses deux oreilles et le monstrueux paquet de biftons que lui a valu son emploi fictif offert par un certain Maire de Paris prénommé Jacques....

Toujours Clément, imperturbable dans le registre de la saloperie intégrale :

"L'amnistie n'a pas dispensé M. Drut de sa peine. Il a payé les 50.000 euros de sanction financière" et "il n'avait pas été condamné à la suspension de ses droits civiques"

 

Il a payé 50.000 euros pour en avoir touché bien plus du double.
Sûr que c'est ultra violent comme sanction !
Ses droits civiques n'ont pas été suspendus.... et c'est bien une honte !

Et Clément toujours plus haut, toujours plus fort, toujours plus loin dans le cynisme absolu :

"M. Drut ne pouvait plus, si sa condamnation était inscrite sur son casier judiciaire, siéger comme membre du Comité international olympique (...) C'était donc une seconde peine"

 

Tous les citoyens condamnés pour n'importe quoi, allant de l'infraction routière au tapage nocturne, font savoir au Ministre de l'Injustice qu'eux, quand on leur demande un casier judiciaire lors d'une embauche, n'ont pas la chance d'avoir été employés fictivement par l'escroc de la Mairie de Paris et d'être amnistié par l'escroc de l'Élysée... la double peine, c'est monnaie courante en ce pays !
Révisez votre Code !

Envie de vomir ? C'est normal...

 

 


Bande-son : Dupain - L'Usina - Album éponyme
Bande-son : Dupain - L'Usina - Album éponyme

29 mai 2006

L'imbécile heureux

On croit qu'il va s'arrêter, qu'il va enfin comprendre que le ridicule tue, que rechausser des vieilles dames était le summum de la pitrerie, mais non...

Pour Villepin, le "sourire" est l'antidote aux "difficultés"

 La bande-son sera donc une bande vidéo...

Un Palmarès qu'il est bien quand même

Bon. "Le Caïman" de Nanni Moretii est passé au travers des gouttes, certes...
Mais le mieux étant l'ennemi du bien, on se serait dit "Trop gros. Ça passera pas".

Bien évidement, ça n'est pas de cinéma pur que je cause ici et maintenant (Argh ! François ! Sors de ce corps !). N'ayant vu aucun des films, à peine des extraits et n'ayant qu'une confiance très limitée dans l'art de la critique cinématographique (aimable lilote), c'est de l'esprit du Palmarès qu'il est question.

J'aime bien l'idée du collectif.
J'aime bien ces prix d'interprétation décernés à un "pack", une équipe.
J'aime bien que Ken Loach, mon Ken Loach de "My name is Joe" et tant d'autres, reparte avec la Palme même si ce n'est pas son meilleur cru.
J'aime bien que les sujets de "Flandres", "Indigènes" et de "Babel" soient primés.
J'aime bien la schizophrénie d'un Festival qui s'enfonce de plus en plus dans les paillettes et la promo inutile de daubes commerciales  comme le Da Vinci code, X-Men 3 ou autres... pour sortir une liste de gagnants en totale contradiction avec son dévoiement.

Bien entendu que ça ne changera pas la face du monde  ! Est-ce que Moore a fait tomber Bush ? Non... le croqueur de bretzel a été mieux élu la seconde fois que la première...
Est-ce Moretti qui a fait tomber Berlusconni ? Non... l'écart n'aurait pas été aussi riquiqui.
Est-ce Ken Loach qui a eu la peau du Thatcherisme ? Non... il a juste été la voix obstinée de ceux qui disaient "NON" en minorité.
C'est bien le Da Vinci code qui engrange un record d'entrées malgré l'unanimité internationale des critiques dévastatrices et rigolardes...
Ça me rappelle un certain 29 mai où un certain "NON" est sorti tel un clown de sa boîte alors que l'unanimité des "penseurs", organes de presse, media intimaient l'ordre de choisir une autre doxa politique...

N'empêche...
Je ne pense pas qu'on s'englue dans les "bons sentiments" comme dit Guy, parce qu'on dit "NON" comme le font certains cinéastes même s'ils savent que c'est en pure perte, pratiquement.
Et puis on ne sait jamais !
Un jour, ça pourrait marcher...

N'empêche aussi que ça fait doublement pester de n'avoir ni des Ken Loach ni des Nanni Moretti en France.
On va devoir se contenter d'un Karl Zero qui à l'instar de Giesbert, ne prend aucun risque à tirer sur une ambulance maintenant qu'ils sont bien certains, l'un et l'autre, de  voguer dans le courant à la mode...
Ahhhh ! Ces résistants de la dernière heure ! "Au bon beurre", les gars ! Allez-y ! Goinfrez-vous de votre nouvelle respectabilité de faux iconoclastes !

Alors en attendant de voir "Le Caïman", je vais me retaper "La chambre du fils"... 

 


Bande-son : Brian Eno - By this river / BO de "La chambre du fils" de Nanni Moretti
Bande-son : Brian Eno - By this river / BO de "La chambre du fils" de Nanni Moretti

28 mai 2006

Saut à l'élastique, mon amour

Ben quoi ?
Saut à l'élastique serait moins pétri de sens qu'Hiroshima ?
Vous déconnez...
Envie de perdurer la secte durassienne ?
Sans moi, les gars !

C'est une info que je me suis prise dans la face sans protections.
Vous regardez Nip Tuck, cool, en vous gaussant faussement de ce culte de l'apparence, vous sautez les passages trashs si vous êtes délicat comme moi, vous vous marrez devant les problèmes de cette faune californienne, de leurs chaînes d'esclaves...

Au matin, vous tombez sur ça :

  samedi 27 mai 2006, 15h43
 
Des millions d'enfants nigérians affectés par le VIH-Sida, selon l'Unicef

 

Sûr que ça relativise vos problèmes de rides, de muscles qui se font la paire, de neurones qui s'autodétruisent, ces cons...
Des millions...
Des millions et encore des millions depuis l'heure de notre naissance... 

Vous arrivez à vous les visualiser ces millions, vous ?
Pas moi.
J'essaie et je me noie immédiatement.
Comme dans un film d'horreur, je me sens m'enfoncer dans une marée de chairs putréfiées.

Mais nous, on a des problèmes achetement plus urgents !
On a des vieilles dames qui se font écraser par des connards.
On a de jeunes gars qui se font planter par d'autres connards pour une clope.

Et si vous tentez de mettre en regard les tragédies individuelles avec les tragédies collectives, vous vous faites traiter de "sans-coeur", de "gauchistes".... on n'y arrive plus !
On ne peut plus monter une réunion d'info de Ras'l'Front !
Les soit-disant "bonnes âmes" passent pour des monstres...
Vous n'avez pas envie de rentrer chez vous avec l'étiquette de "monstre" quand vous avez du mal à cumuler 536 euros de RMI en tant que célibataire avec un enfant scolarisé !
Vous en avez marre que de gros baraqués abordent mielleusement votre gamin à la sortie de l'école en lui susurrant qu'il devrait faire très attention à sa maman parce qu'il pourrait lui arriver un malheur...
Vous en avez marre de trouver vos 4 pneus de votre antédiluvienne R5 crevés régulièrement sous vos fenêtres.
Toutes ces petites joyeusetés que le Nouvel Obs n'a pas à connaître, ni à vivre au quotidien.
Marre !
Pourquoi c'est sur nous et pas sur les lecteurs du Nouvel Obs que tombent les rèunions hebdo dans les cités ?

Pourquoi ?

Tout ce qui reste de la journée, c'est ce mot de "millions"....
Vous le faites rouler dans votre palais, il se cogne en haut, en bas.
Vous le faites jouer dans votre bouche, comme un caillou qui ne brille pas, une pierre obscure, un trou noir.

Il est là, ce "million", cette entité que personne ne voit, personne ne compte, personne n'entend.
Et on vous accusera si vous rectifiez la réalité, que ce n'est pas UN million mais DES millions...
Pendant ce temps, TF1 vous fera des centaines de sujets sur la Fête des Mères....

Alors c'est indubitablement Rage against the machine que vous avez envie de mettre à fond dans les baffles....

Indubitablement !

Et vous le faites ! Et vous vous défoulez ! Et vous vous rechargez à la source de cette pulsion.
N'empêche qu'après, tout ce dont vous avez besoin, envie, faim, soif.... c'est de la douceur acide de Tom Mc Rae.

Parce que ces millions de gosses, vous les sentez vous aggriper fièvreusement, même au-delà de votre bulle de plexiglass.
Comme les gamins morts de faim du "Suddenly last summer' de Mankiewicz
Et pas plus l'envie du Sebastian original de se défendre de leurs doigts comme des serres d'oiseaux de proie dont toutes les exigences sont recevables..

 


Bande-son : Tom McRae / 1st album - 2nd law
Bande-son : Tom McRae / 1st album - 2nd law
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu