Avertir le modérateur

06 juin 2006

Des maux, des mots... démoniaques

Chassé-croisé marketing.

Pendant que la Nelly Olson poitevine allume des feux pour mieux les éteindre une fois qu'elle a obtenu ce qu'elle voulait, c'est-à-dire se faire inviter sur tous les plateaux TV pour expliquer benoîtement qu'on lui fait de mauvais procès et que non ! elle ne veut pas sucrer les allocations familiales aux parents "incompétents" mais s'assurer que les sommes seront bien dépensées pour la marmaille à qui elles sont destinées, que non ! militaire ce n'est pas un gros mot, la preuve, il y a des casques bleus et des pompiers, que non ! les 35 heures ne sont pas un échec mais qu'elles pénalisent les plus faibles et les moins qualifiés... ce en quoi, elle n'a pas tout à fait tort sauf qu'à jouer avec des allumettes, toute la jeunesse primo-délinquante française se retrouvera bientôt soldatesque du feu pour éteindre les incendies populistes avec lesquels elle s'amuse comme à loisir... 

Pendant ce temps-là, donc, le nobliau franco-hongrois Nicolas Sarkozy s'énerve à voir ainsi détournée sa clientèle coeur de cible et tente une incursion sur les terres droits-de-l'hommiste, comme il dit avec ce souverain mépris qui n'appartient qu'à lui.

Sauf qu'à l'instar de sa duelliste sondagièrement proclamée, c'est du flan pour attirer le chaland !

Et un Figaro qui clame en Une :

Les élèves sans papiers ne seront pas expulsés

 

... sauf que comme pour les contrats d'assurance Responsabilité Civile, il faut lire les petits caractères des divers addenda pour réaliser l'escroquerie intellectuelle.

Car les conditions pour ne pas se voir embarqué scotché et menotté dans un vulgaire charter sont irréalisables parce qu'incontrôlables.

D'abord être né en France et y avoir fait toutes tes études.
Donc, tu arrives à 18 mois, né quelque part comme dit l'autre, tu fais crèche, maternelle, primaire, collège, lycée... peu importe !
Zou ! De l'air, sauvageon fils de délinquants !

Ensuite, ne pas parler ta langue d'origine.
En gros, ça veut dire que même si tu es né en France de parents étrangers illégaux, si ces derniers ont le malheur de causer espagnol, portuguais, polonais, chinois, algérien ou malien à table, c'est direct la soute d'embarquement.
Interdiction de causer autre chose que la langue de Molière, nom de Zeus !
Ta vieille grand-mère persiste à parler kabyle ? Fous-y une torgnolle à cette empaffée ! Elle fait rien qu'à te mettre en danger d'expulsion...
Ou alors, tu l'ignores, tu la laisses radoter sur sa chaise au coin du feu et tu fous des boules Quiès si elle a le malheur de t'adresser la parole.
Tu peux aussi carrément l'oublier... elle finira bien par crever de faim, de froid, de silence ou de solitude, cette dangereuse subversive !

Qui plus est, le contrôle de ces conditions étant dévolu à une Commission paritaire assos/administration (on n'a guère de doutes sur le poids des unes par rapport à l'autre !) qui étudiera chaque dossier, on voit d'ici le processus !
Il va faire quoi le Préfet ?
Faire mander entre deux pandores le mouflet de 5 ans, lui foutre un méchant spot dans la tronche et le cuisiner pour savoir si mémé ou papa lâcheraient pas un gros mot étranger entre la poire et le fromage (pardon... entre le couscous et le canard laqué) ?
Demander aux voisins de coller l'oreille contre les trous de serrure de ces infâmes repris de justice pour vérifier que Maman colombienne ne lance pas un "Hijo de puta !" sonore si elle laisse brûler sa tortilla ?
Ça rappelle des temps qu'on croyait disparus quand "parler patois", que ce patois soit occitan, breton ou alsacien, te valait des coups de règle en fer sur les phalanges...

Je me demande si ce n'est pas ça le pire.
Parce que tout ce que ça implique, c'est l'éradication d'une culture d'origine comme si elle était une tare, la tache indélébile de la petite main de Lady Macbeth.

Ta famille vient "d'ailleurs" ?
Mon enfant, cet "ailleurs" pue, cet "ailleurs" est infâmant, inférieur, délétère, dangereux par essence pour la démocratie à la française, celle ou Jacques vouvoie Bernadette, celle ou Steevie t'apprend la belle syntaxe.

Mon petit, sache que non seulement on ne t'autorisera pas l'exil intérieur mais on occupera, telle une armée vert-de-gris, les moindres recoins de ta jeune mémoire pour y vérifier que n'y traînent pas quelques tumeurs allogènes, quelques bribes de métissage culturel.

Mon enfant, l'amputation forcée de ton histoire et de ta double identité culturelle, c'est pour ton bien !

Accessoirement, je me dis aussi que mes deux enfants, nés d'un père français issu d'un républicain espagnol ayant traversé les Pyrénées de nuit avec sa femme et les deux premiers comme tout bagage, seraient vraissemblablement restés dans les limbes si une telle disposition avait été en vigueur à l'époque.
Parce qu'à la maison, ça ne parlait qu'espagnol !
Et vous savez quoi ? Aujourd'hui encore...
Et pourtant, le Pedro combattant antifachiste, la Consuelo qui vient de nous quitter, l'Isidro et la Mercédès, nés avant l'exil, nés sous Franco, ils sont tous français naturalisés et immensément fiers de l'être...

Quant au José et au Pedro junior, nés du bon côté des Pyrénées, sous Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa, ils auraient été réexpédiés au pays des garottés... 

 


Bande-son : Shaï nO Shaï - Finvarra's Fire - Humain Condition
Bande-son : Shaï nO Shaï - Finvarra's Fire - Humain Condition

Commentaires

L'enfant ne doit pas parler la langue de son pays d'origine, écrit Libé. Le Figaro parle des familles. Question : si l'enfant parle français ET sa langue d'origine ?

Écrit par : Olivier Bonnet | 06 juin 2006

J'ai ma réponse :
Selon Thierry Mariani, rapporteur du projet de loi à l'Assemblée nationale, "les familles qui pourront bénéficier de ce droit exceptionnel au séjour seront celles dont les enfants sont présents en France depuis deux ans ou ayant un enfant né en France ou arrivé en France en très bas âge, scolarisé depuis au moins une année scolaire dans l'enseignement obligatoire, ne parlant que le français et n'ayant plus de lien avec son pays d'origine".

Tu avais bien raison, il y a de quoi vomir.

Écrit par : Olivier Bonnet | 06 juin 2006

@ Olivier

Tu viens juste de me doubler chez Guy !
Je venais de la lire, la news, et ça confirme bien ce que je disais au-dessus.
C'est monstrueux.
Tu veux être français ? Ou au moins avoir le droit à respirer ici ?
Coupe-toi la main droite (ou plutôt gauche !).
C'est le prix à payer.
Le prix du sang.
Le prix du sens.
Le prix du Verbe amputé.

Écrit par : Grabuge | 06 juin 2006

Lecture pertinente du "contrat". Et pour le Figaro ça donne: " Les élèves sans papiers ne seront pas expulsés". Ca n'est plus du journalisme mais de la poésie surréaliste. Le réel, on s'en fout, nous ce qu'on veut c'est des phrases qui sonnent bien.
J'attends avec impatience de lire la prochaine chronique d'Ivan Rioufol...

Écrit par : Eric Mainville | 06 juin 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu