Avertir le modérateur

22 juin 2006

Le terrorisme poétique

Je n'aime plus la fête de la Musique.
Si je l'ai jamais véritablement aimée, d'ailleurs...

Disons qu'au tout début, oui, ça avait quelque chose de grisant et de foutraque parce que c'était tellement nouveau que ça jouait dans tous les coins, sur tous les trottoirs, toute la journée, n'importe où, n'importe comment... un vent parfois frais, parfois brûlant, des bourrasques, des brises, de l'ouragan, du vent d'autan... tous les zéphyrs du monde.

Et puis, année après année, c'est rentré dans le rang, ça s'est institutionnalisé, ça a été encadré par les municipalités, reconverti en festival de ceci ou de cela.
Là, j'ai pris la poudre d'escampette avec une foule de copains et on a monté notre propre fête, la Fête du Soleil, bien païenne, à l'abri sur les contreforts pyrénéens.
48 heures de nouba non stop, avec des mômes qui courent de partout, des fous qui chantent, des dingues qui jouent, des gourmands qui font le pain... on l'avait de nouveau notre chère folie.

Mais l'initiateur de tout ça est mort d'une saloperie de maladie.
La ferme en ruines que nous investissions aussi...
Et l'envie avec.

Alors je compense par une autre forme de terrorisme poétique qui n'a rien à voir avec la fête du bruit et du fric mais tout avec cette fête défunte et ce que dit Hakim Bey...


Le Terrorisme Poétique


par Hakim Bey

 

"C’est une danse étrange et nocturne dans les guichets automatiques des banques. Des feux d’artifice tirés illégalement. L’art-paysager, des travaux de terrassement, ou des objets bizarres dans les Parcs Publics. Rentrez par effractions dans des maisons, mais au lieu de les cambrioler, laissez y des objets de terrorisme poétique. Kidnappez quelqu’un et rendez-le heureux. Prenez une personne au hasard et persuadez la qu’elle vient d’hériter d’une fortune colossale, inutile et surprenante - 1000 hectares en Antarctique, un éléphant de cirque trop vieux, un orphelinat à Bombay, ou une collection de vieux manuscrits alchimiques. Cette personne réalisera plus tard que durant un moment, elle a cru en quelque chose d’extraordinaire, et elle sera peut-être amenée à rechercher un autre mode de vie, plus intense.

Erigez des plaques commémoratives en cuivre dans les endroits (publiques ou privés) où vous avez connu une révélation ou une expérience sexuelle particulièrement satisfaisante...

Go naked for a sign.

Organisez une grève dans votre école ou sur votre lieu de travail sous prétexte que vos besoins en indolence et en beauté spirituelle n’y sont pas satisfaits.

Les graffitis apportent une certaine grâce aux métros si laids et aux monuments publiques si rigides - le Terrorisme Poétique peut également servir dans les endroits publiques : des poèmes gribouillés dans les toilettes des palais de justice, de petits fétiches abandonnés dans les parcs et les restaurants, des photocopies artistiques placées sous les essuie-glaces des pare-brise des voitures en stationnement, des Slogans écrits en Caractères Enormes collés sur les murs des cours de récréations ou des aires de jeux, des lettres anonymes postées au hasard ou à des destinataires sélectionnés (fraude postale), des émissions radio pirates, du ciment humide....

La réaction du public ou le choc esthétique produit par le Terrorisme Poétique devra être au moins aussi intense que le sentiment de terreur - de dégoût puissant, de stimulation sexuelle, de crainte superstitieuse, d’une découverte intuitive subite, d’une peur dadaesque - il n’est pas important que le Terrorisme Poétique soit destiné à une ou plusieurs personnes, qu’il soit « signé » ou anonyme, car s’il ne change pas la vie de quelqu’un (hormis celle de l’artiste), il échoue.

Le Terrorisme Poétique n’est qu’un acte dans un Théâtre de la Cruauté qui n’a ni scène, ni rangées, ni sièges, ni tickets, ni murs. Pour fonctionner, le Terrorisme Poétique doit absolument se séparer de toutes les structures conventionnelles de consommation d’art (galeries, publications, médias). Même les tactiques de guérillas Situationnistes comme le théâtre de rue sont peut-être actuellement trop connues et trop attendues.

Une séduction raffinée, menée non seulement dans l’optique d’une satisfaction mutuelle, mais également comme un acte conscient dans une existence délibérément belle - pourrait être l’acte ultime de Terrorisme Poétique.

Le Poète Terroriste se comporte comme un farceur de l’ombre dont le but n’est pas l’argent mais le changement.

Ne pratiquez pas le Terrorisme Poétique pour d’autres artistes, faites le pour des gens qui ne réaliseront pas (du moins durant quelques temps) que ce que vous avez fait est de l’art. Evitez les catégories artistiques identifiables, évitez la politique, ne traînez pas pour éviter de raisonner, ne soyez pas sentimentaux ; soyez sans pitié, prenez des risques, pratiquez le vandalisme uniquement sur ce qui doit être défiguré, faites quelque chose dont les enfants se souviendront toute leur vie - mais ne soyez pas spontanés à moins que la Muse du Terrorisme Poétique ne vous possède.

Déguisez-vous. Laissez un faux nom. Soyez mythique. Le meilleur Terrorisme Poétique va contre la loi, mais ne vous faites pas prendre. L’art est un crime ; le crime est un art."

 

 

Comment je m'y prends ?
Simple.

J'ai des floppées de bouquins de poche.
En partie par héritage d'une marraine libraire morte en 1972 et dont il me reste le fond.
En partie parce qu'au fil des années et des situations financières, je pouvais m'offrir en édition brochée, voire édition intégrale des auteurs que j'avais en poche et dont les multiples lectures avaient défraichi les pages cormées, recornées, gribouillées en marge...

Alors, j'en choisis certains suivant l'humeur et je les dépose qui sur un banc dans un parc, qui à un arrêt de bus, qui sur le siège de la salle d'attente d'une administration quelconque.
Sans oublier de tracer un message sur la page de garde...

"Ceci est un livre à la mer.

S vous le trouvez et qu'il vous plaît, savourez-le et, une fois dégusté, déposez-le dans l'endroit de votre choix.
S'il ne vous plaît pas, laissez-le là où vous l'avez trouvé.

Ceci est un livre à la mer et le but du jeu c'est qu'il ne trouve plus jamais de propriétaire mais une marée de passeurs de mots.

Faites suivre !" 

Je n'ai revu un de mes petits cailloux du Verbe qu'une seule fois, des années après.
C'était dans la salle d'accueil du Centre Communal d'Action Sociale... et ça m'a bien plu.
Je lui ai fait un clin d'oeil et je suis ressortie le sourire aux lèvres.

C'était bien la première fois que j'émergeais de ce lieu autrement qu'avec l'envie d'en finir...

Mais allez savoir... peut-être que la loi de prévention de la délinquance de "Notre Chef Providentiel et Charismatique à nous qu'on n'a pas encore mais que ça devrait pas tarder" stigmatisera ce comportement comme déviant à partir de l'automne, et qu'un maire pourra estimer, seul dans son bureau, qu'il a suffisamment d'éléments pour me faire interner ?
Pour mon salut, comme de bien entendu...

 

 

Bande-son : Giacomo Puccini - Nessun Dorma - Turandot
Bande-son : Giacomo Puccini - Nessun Dorma - Turandot

Commentaires

Merci Grabuge! Ton post fait un bien fou au réveil.
Virussé sur mon blog, je redirige mes visiteurs vers le tien.

Écrit par : Fleuryval | 22 juin 2006

pour les livres tu as fait école semble-t-il. Pour le terrorisme poétique actualisation des fratrasies, des libertins du 17ème et de dada, mais je ne suis pas sure de vouloir qu'on m'impose mes délires

Écrit par : brigetoun | 22 juin 2006

@ Fleuryval
:))
Tu as vu que je t'avais collé de quoi rire de tes ennuis de virus ?

@ brigetoun

Qui parle d'imposer quoique ce soit...
On propose, ils disposent....

Écrit par : Grabuge | 22 juin 2006

Vu! Merci. Chez Fontenelle aussi il y a eu une attaque, mais le virus de la grippe ânière s'est fait démonter chez lui commechez moi et mes notes ont repris l'allure que j'aime leur donner. Ca ne va pas m'empêcher de "re-diriger" vers chez toi quand j'y verrai du bel et bon ;-)
Dans pas longtemps, attentat de beau au programme de Danse avec les houx. Tu seras invitée.

Écrit par : Fleuryval | 23 juin 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu