Avertir le modérateur

24 juin 2006

Fahti ne finira pas sa thèse

Fahti est tunisien.
Il est aussi étudiant en 2ème année de thèse à la Faculté d'Aix.
Mais Fahti a oublié de s'inscrire dans les délais pour le renouvellement de sa carte de séjour étudiant, préoccupé par un oral à passer.
Lors d'un "banal" contrôle d'identité, les pandores s'en rendent compte et le déferre auprès d'un juge qui lui donne un mois pour régulariser sa situation.
Sauf qu'à ce moment-là, on est en pleine crise du CPE : tout est bloqué.
Impossible de passer cet oral. Encore moins d'obtenir sa carte d'étudiant.
Son avocat fait appel mais il n'est pas suspensif.
Qui plus est, il n'y a toujours pas de réponse à cet appel...

Le matin du 21 juin 2006, à 7h00, quatre policiers sont venus le saisir manu militari dans sa résidence universitaire CROUS à Marseille, aidé par un agent de maintenance du lieu. Emmené au Centre de Rétention Administratif du Canet, dont l’ouverture ne date que de 10 jours, il a ensuite été conduit de force vers le Port Autonome afin d’être embarqué sur le Carthage (compagnie CTN) pour un aller simple vers Tunis. Le hasard fait que ce navire n’est pas arrivé sur Marseille car tombé en panne à Gênes.
Fathi a donc été ramené au CRA où il a passé la nuit.
De tout ce qu'il possède, il n'a pu prendre que son ordinateur portable.
Pas son téléphone, qu'on lui a soustrait parce qu'il fait office d'appareil photo et qu'il ne faudrait surtout pas qu'il puisse témoigner de ses conditions de rétention...

Tout RESF-Marseille s'est mobilisé pour lui, ses copains de fac, leurs parents...
On lui promettait un vol Marseille-Tunis pour ce soir.

Mais... 


... mais l'info est tombée comme un couperet ce matin.

SAMEDI 9 h

Fathi a été finalement expulsé ce matin dans la violence et le mensonge.

Après que notre mobilisation, et son refus d’embarquer malgré les sévices subis à ce moment-là, ont empêché Fathi d’être expulsé vendredi 23 juin, il a été emmené directement devant le tribunal JLD où il est passé à midi.

Son avocat a défendu le fait qu’il souhaitait juste terminer son année scolaire , et que pour cela la Préfecture pouvait lui délivrer une APS (autorisation provisoire au séjour). Il a demandé l’assignation à résidence en arguant du fait que la première fois qu’il avait été assigné (en mars suite à une arrestation dans la rue), il n’avait pas cherché à fuir, la preuve c’est que la police l’avait trouvé chez lui. La juge a décidé de la maintenir en rétention .

On lui avait dit qu’il serait embarqué par le bateau qui partait aujourd’hui samedi à 19 heure et où nous avions prévu une mobilisation probablement importante à la fin des parrainages qui ont lieu aujourd’hui à la mairie du 15°-16°.

Redoutant probablement cette mobilisation, il a été choisi de l’expulser ce matin en catimini. Nous ne pouvons plus maintenant qu’être vigilant sur les conditions de son arrivée en Tunisie, dans un des pays les plus répressifs du moment dans l’indifférence générale (de nombreux avocats, journalistes, défenseurs des droits des Etres Humains en prison, une police politique qui fait sa loi, même à Marseille...).

Violences policières

On peut quand même souligner qu’il a été traité d’une manière inqualifiable vendredi par la police. Nous ne savons pas ce qu’il en est aujourd’hui samedi mais nous savons dans quelles conditions ils ont essayé d’embarquer cet étudiant frêle hier matin et dont son visage portait témoignage au tribunal : six policiers (4 PAF et 2 civils) se sont saisis de lui. Menotté au sol, il a été pris par les pieds et bras, traîné jusque dans une voiture de police direction l’avion. Là les flics l’ont laissé seul sur le ventre à l’arrière de la voiture (caché des regards) mais tout en tapant sur la voiture pour lui faire peur et en "blaguant" de manière raciste "Les sans papiers, ça s’écrit avec du sang" "Toi tu vas partir" etc. Puis ils l’ont traîné dans l’escalier de l’avion, sa tête a cogné contre les marches. Il n’y avait encore personne dans l’avion. Il a été emmené dans le fond, mis de force sur un siège. Pour qu’il n’appelle pas, les policiers l’ont plié en deux et ont étranglé violemment sa tête entre les jambes très serrées d’un flic. Comme il continuait à crier, et que l’heure arrivait de l’embarquement des passagers prévenus par nos soin qu’ils avaient la possibilité par leur attitude d’empêcher que le commandant de bord ne décolle, un des deux civils a dit "On arrête". Ils l’ont relevé, poussé dans le couloir. Fathi a alors fait un malaise et ils l’ont ramené à l’aéroport et conduit directement au tribunal.

Voilà la réalité des expulsions des Sans papiers contrairement à ce qu’affirment les policiers, le Préfet, le ministre de l’Intérieur.

Source : Mille babords - Médiathèque alternative

 

Je suis tellement en colère, dégoutée, suffoquée que je ne vois que mon Sergeï pour traduire tout ça.
Et je vous avoue, à cet instant, me foutre comme de l'an 40 des problèmes de marketing de telle ou telle chamaillerie journalistique.
Ne comptez pas sur moi pour y dépenser un iota du peu d'énergie qui me reste.

(Nota : pour ceux qui voudraient écouter la totalité du Concerto pour piano n°2 de Prokov, il est dans la radio "Fragments classiques", ainsi que les 1er, 3ème, 4ème et 5ème, tous par Vladimir Ashkenazy  ainsi que la totalité du ballet "Cendrillon"... entre autres) 

 

Bande-son : Prokofiev par Ashkenazy Concerto Piano No. 2 op. 16- III Intermezzo Allegro
Bande-son : Prokofiev par Ashkenazy - Concerto Piano No. 2 op. 16 - III Intermezzo Allegro

Commentaires

Je partage votre colère. J'ai écouté chez Mermet, un sujet sur un plan de restructuration des grandes avenues. Vente des immeubles à de gros financiers, expulsions des habitants de toujours avec la volonté de voir une population bourgeoise prendre place. Le cas de cet étudiant expulsé n'avait vraiment rien à espérer du territoire de Godin. Mais que faire contre tous cela ? J'ai quand même espoir grâce aux blogs. Aux Etats Unis, des manifs spontannées se font grâce au net. Nous sommes tous à discuter sur nos blog mais la division de chaque nombril ne mènes pas aux actes. Par contre j'ai mauvais espoir quand aux considérations de la majorité des français sur l'immigration. Beaucoup, en sourdine, approuvent les mesures de Sarko et le theme est porteur dans les campagnes électorales. Et le parlement européen toujours muet.

Écrit par : Philippe68 | 24 juin 2006

je suis d'accord que la justice est trop dure dans ce cas. j'espère que ça s'arrangera pour Fahti.

Cela dit je voudrais faire une remarque.

> en "blaguant" de manière raciste "Les sans papiers, ça s’écrit avec du
> sang" "Toi tu vas partir"

les 2 citations ne témoignent nullement du caractère raciste. c'est méchant, mais pas raciste.
peut-être faisaient-ils d'autres blagues racistes, mais pas ces 2 là.
un truc raciste, c'est vraiment quand on fait allusion à la race, la culture, ou le pays.

al.

Écrit par : albert | 24 juin 2006

Grabuge, quand me donnes tu un petit cour informatique pour que je fasse un blog aussi talentueux ? Eh puis au fait, tu sais, ce matin chez moi, je me moque un peu, mais il ne faut pas m'en vouloir c'est que parfois je trouve ça si vain...

Écrit par : guy birenbaum | 25 juin 2006

Vu, de vous, sur le DEL:

"- dans la branche commerce, 40 % des salariés ont une paie à trois chiffres.
- dans l'évolution des cotisations sociales, la part des salariés est passée de 12,8% à 21,36% entre 1980 et 2005, celle patronale s'est réduite de 40,27% à 10,5% durant la même période.
- la France est au 1° rang européen des rémunérations de dirigeants d'entreprise mais 14° rang pour le salaire médian
- entre 1983 et 2003, les dividendes versés aux actionnaires par les sociétés ont été multipliés par 9 quand le taux horaire du SMic a été multiplié par deux...
...autant te dire que ça me fait autant d'effet que s'il jettait des cacahuètes à des singes au zoo."

Les chiffres que vous présentez sont hallucinants: BRAVO. Pourriez vous m'en donner la ou les sources? Ceci non pas pour contrôler, mais pour m'en inspirer.

Merci

Écrit par : Olivier de Melgueil | 25 juin 2006

Je me souviens d'un repartgae télé sur les expulsion vu depuis les différents corps de métiers impliqués.. c'´était hallucinant de cette neutralité exécutante de la part de tous, qui fleurait bon la collaboration dans un pays où les droits de l'homme sont un pin's sur le revers des vestes continuellement retournées de nos grands politiques.
Je partage votre colère et applaudit les initiatives de cacher les enfants expulsables.
J'ai pour ma part, dans ma famille une histoire qui a été mieux géré que celle de Fathi, parce que le piston, pour les sans-papier, ca existe aussi... hélas pour notre sens républicain, heureusement pour celle qui en a bénéficier.
Enfin, quand va-t-on enfin clamer et reconnàsitre haut et fort que la Tunisie est une foutue dictature déguisée en club med ?

Écrit par : Bertrand | 25 juin 2006

L'expulsion de Fathi montre ce que veut dire une culture exclusive des chiffres pour des sujets touchants à l'humain.

Mêm la bonne foi de Fathi ne pouvait rien contre l'implacable besoin de ses expulseurs, puisque ceux-ci sont notés sur ces mêmes chiffres. Mentalité de comptable, chez la police, chez la justice.
Chef chef j'ai fait mon chiffre du mois, j'ai bon chef ?

Il serait intéressant d'avoir la suite de l'histoire, mais de toutes façon, Fathi a raté son année (rattrapage en septembre ??) et s'il avait une bourse, il aura du mal à la renouveler etc. etc.
Tout ça pour quelques semaines d'autorisation provisoire refusées. Beau gâchis qui ne gènera pas le sommeil des juges et des flics.

Pendant ce temps, les employeurs de travailleurs clandestins de la filière fruits et légumes du sud de la France (simple exemple) continuent à opérer au vu et su de tout le monde sans qu'il ne se passe rien.
Pareil pour les espagnols.

CQFD

Zgur

Écrit par : Zgur | 25 juin 2006

L'expulsion dont il est ici question prouve SURTOUT que nous avons depuis longtemps dépassé le seuil du supportable.
Nom de Dieu de bordel de merde, et comme alternative à ça, faudrait accepter la Pimprenelle Entartée Du Poitou?
Ark.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 25 juin 2006

C'est inacceptable, le mot est faible. Inacceptable de la part des juges qui ont prononcé ce jugement, de la part des policiers qui se sont comportés de cette manière, de la part du Ministre de l'Intérieur qui affiche à qui veut l'entendre l'exigence d'exemplarité des fonctionnaires de police sous peine de sanctions et qui est responsable de cette politique.

Écrit par : Mathieu | 25 juin 2006

j'adore quand on parle de la France "pays des droits de l'homme". Pour ce qu'il a pu voir des lieux de rétention, le commissaire ou envoyé (je n'ai pas les références sous la main) malgré toute sa diplomatie n'a pu que dire que ce n'était vraiment pas bien, idem pour certains comportements policiers (pas tous), idem pour les prisons. Pour les conditions d'expulsion voir ce qui porte là dessus dans le journal d'un avocat de Eolas (facile à trouver sur google).
Et la très prochaine loi sur la délinquance n'arrangera rien. J'ai honte, honte, honte et j'en ai marre

Écrit par : brigetoun | 25 juin 2006

@ Tous

Désolée de vous avoir fichu les boules...
Vous comprenez pourquoi j'étais de mauvais poil samedi et insomniaque dans la nuit de samedi à dimanche (ce dont Guy a lâchement profité !)...

Ce que je trouve vraiment immonde sur le coup, c'est le vice des flics qui profitent des cérémonies de parrainages républicains à la Mairie de Marseille pour faire leur saloperie en douce et à l'abri des regards...

Bref...
Gardez vos forces parce que ça va devenir de plus en plus chaud dans les jours à venir.
D'ailleurs, vous pouvez vérifier sur le site de RESF s'il n'y a pas un comité local dans votre coin : vous pourriez être utiles...

@ Olivier de Melgueil
Si je me souviens bien, j'ai trouvé ces chiffres sur le site internet de la CGT (à laquelle je n'adhère pas !) dans les dossiers sur les salaires... mais te dire où !!! Il faudrait que je recherche...
Ce qui m'avait le plus étonnée, c'est la décroissance de la part patronale dans les cotis sociales. Et puis en fait, c'est assez facile à comprendre : les bas salaires sont soit totalement exonérés, soit comme pour le SMIC, ils sont passés de 31 % de cotis patronales à 4%...
Et comme, les bas salaires sont de plus en plus nombreux, tout comme les smicards... l'effet est redoutable. L'assiette des salaires pour lesquels les cotis patronales sont à 40% comme au bon vieux temps se réduit comme peau de chagrin...
Donc, sur l'ensemble, tu as bien une baisse impressionnante.

@ Zgur
Tout à fait d'accord !
Dans le Bordelais, je doute fort qu'on vire aussi vite les sans-papiers qui vont venir comme chaque année faire les vendanges...

@ brigetoun

J'ai déjà dit un peu plus tôt tout le mal que je pensais du projet de "loi de prévention de la délinquance"...
En effet, il est encore plus dangereux si c'est possible !
On a jusqu'à septembre pour bagarrer contre...

Écrit par : Grabuge | 25 juin 2006

@ grabuge
@ olivier

Faudrait aussi rappeler que les cotisations sociales, elles ne font que circuler.
Prises sur nos salaires en part salariés et part employeurs, elles servent à payer les retraites (donc tous ceux qui vivent des retraités), les frais de santé (donc les médecins qui vivraient encore moins bien si on ne devait se soigner qu'avec notre argent - pour ceux qui en douterait : 45 millions de gens sans couverture santé au USA ! - les CHU sont souvent le premier employeur de leur département !), les allocations chomage qui permettent à beaucoup de ne pas crever de faim, et toutes les autres allocations de solidarité qui permettent à des gens de vivre ET de consommer, et dont le financement vient toujours de quelque part. Que celui-ci vienne principalement (ou exclusivement parfois) des salaires est un autre débat TRES intéressant lui aussi.

Pour revenir aux employeurs de clandestins, ceux ci ne risquent presque rien, ou du moins assez peu pour que le jeu en vaille la chandelle. Payer mille SI et seulement si on se fait choper, quand on peut gagner 10 000 ou plus, c'est un risque que beaucoup de ces employeurs sont prêts à prendre.
Tiens, on a déjà oublié les deux inspecteurs du travail flingués l'an dernier par un agriculteur en difficulté. Attendons le procès.

Zgur

Écrit par : Zgur | 25 juin 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu