Avertir le modérateur

10 août 2006

Pitoyable CIA versus Célébrités pitoyables

Hier soir, Arte diffusait la seconde partie du documentaire en trois volets "CIA - Guerres secrètes" de William Karel, dans Les mercredis de l'histoire.
Si vous avez raté les deux premiers épisodes, vous pourrez vous rattraper avec le troisième qui sera diffusé le
Mercredi 16 août 2006 à 20h40 - 1990-2001: D'une guerre à l'autre

William Karel, pour ceux qui ne s'en souviendraient pas, c'est l'épatant réalisateur du non moins épatant Le Monde selon Bush.
J'en avais déjà causé ici.
Le genre de documentaire qui enfonce de très loin le palmérisé Farenheit 911 de Michael Moore.

Et hier soir, comme il y a plus de deux ans, j'ai revu le très secret Franck Carlucci, ce type dont vous ne savez pratiquement rien parce qu'on ne vous ne le montre que très parcimonieusement alors qu'il dirige déjà les vies de la planète avec sa Carlyle Company...

En même temps, TF1 recyclait une énième fois ses fins de séries putrides avec un "Worst of" des "so called Célébrités"...

Je n'ai même pas besoin de consulter Médiamétrie pour savoir qui des deux a gagné le match de l'audience.
Vous non plus, je suppose.
Ou alors, vous n'avez rien à faire ici...

(Addendum de 23:13 ... je viens de visionner les chiffres Médiamétrie pour le premier épisode, les seuls consultables pour le moment.
1er volet de CIA - Guerres secrètes 4,6% de PDA contre 22,9% à La Télé de Sébastien sur France 2.
Ça laisse rêveur, non ?) 

Et ça m'a remis en mémoire le discours de Edward R. Murrow, incarné somptueusement par un David Strathairn électrisant, qui ouvre puis ferme le "Good night and good luck" de et avec Georges Clooney (il est ici en version originale ) dont je vous livre plus bas une traduction sommaire.

Pas une ligne, pas un mot à retrancher...

On est très très mal partis... 


"A la fin de ce discours, quelques uns m'accuseront de cracher dans la soupe et votre organisation de cautionner des idées dangereuses et même hérétiques. Mais la structure complexe des diffuseurs publicitaires, des annonceurs n'en sera pas ébranlée.

Chers Collègues, tel est mon désir, si ce n'est mon devoir, de vous parler franchement de ce qu'il arrive à la radio comme à la télévision.
Et si ce que je dis est responsabilisant je suis seul responsable de mes dires.

Notre Histoire sera ce que nous en ferons.
Et si dans 50 ou 100 ans, des historiens, et elles n'auront pas disparu, retrouvent une semaine d'archives de nos trois chaînes (1), ils y verront en noir et blanc, et en couleur, les preuves de notre décadence, de notre déni et de notre éloignement des réalités du monde dans lequel nous vivons.

Nous sommes opulents, gras, embourgeoisés, et suffisants.
Nous faisons une allergie viscérale à l'information dérangeante ou inquiétante.
Nos mass media le reflètent.
Mais à moins que nous ne délaissions notre surabondance, que nous ne reconnaissions, que la télévison est principalement utilisée pour distraire, tromper, amuser et isoler, alors la télévision, et ceux qui la financent, ceux qui la regardent et ceux qui la font ne seront que l'ombre d'eux-mêmes et il sera trop tard."
... /...

"J'ai commencé en disant que notre histoire sera ce que nous en faisons.
Si nous continuons comme nous le faisons alors l'histoire prendra sa revanche, et le châtiment ne tardera pas à nous rattraper.

Exaltons, juste de temps à autre, l'importance des idées et de l'information.
Rêvons à l'idée de dire qu'un certain dimanche soir, un moment normalement occupé par Ed Sullivan, soit dédié à une observation rigoureuse sur l'état de l'éducation américaine. Et une ou deux semaines plus tard, à l'heure d'habitude de Steve Allen, soit consacrée à l'étude en profondeur de la politique américaine au moyen-orient. L'image de leur sponsors respectifs en serait-elle endommagée ? Les actionnaires se dresseraient-ils dans leur courroux et leurs plaintes ? Qu'arriverait-il d'autre qu'un petit éclairage reçu par quelques millions de gens sur des sujets qui pourraient bien déterminer le futur de ce pays et donc le futur des corporations (2) ?
A ceux qui disent, "Les gens ne regarderaient pas, ils ne seraient pas intéressés, ils sont trop complaisants, indifférents et isolés", je ne peux que répondre : il y a, dans l'opinion d'un journaliste, une preuve considérable contre cette affirmation. Mais même s'ils ont raison, qu'ont-ils à perdre ? Parce que s'ils ont raison et que cet instrument ne sert à rien d'autre que divertir, amuser et isoler, alors le tube clignote déjà et nous constaterons bientôt que toute cette lutte est vaine.
 
Cet instrument peut être pédagogique.
Il peut éclairer et il peut même inspirer.
Mais il peut l'être seulement dans la limite où les hommes sont déterminés à l'utiliser à ces fins.
Autrement, ce sont juste des câbles et des lumières dans une boîte.

Bonne nuit, et bonne chance..."

(1) La scène se passe lors d'un hommage rendu par la Radio-Television News Directors'Association and Foundation en 1958, soit 7 ans après que Murrow et son accolyte Friendly aient fait "tomber" McCarthy sur CBS...
(2) "Corporation" est à comprendre dans le sens nord-américain du terme, "Entreprise", "Firme"...

 

Bande-son : Eels - World of Shit - Souljacker
Bande-son : Eels - World of Shit - Souljacker
 
 
Addendum : je veux pas faire ma peste de service mais TF1 a fait 16 minutes et France 2 11 minutes, tous les 2 en ouverture de journal sur des attentats putatifs qui n'ont fait ni morts ni blessés...
Les 2 ou 300 indiens massacrés par Al Qaïda à Bombay qui ont eu droit à 1 minute 30 secondes en fin de JT ne se retournent même pas dans leurs tombes.
D'abord parce qu'ils sont incinérés.
Ensuite, parce que s'ils ne l'étaient pas, leurs cercueils médiatiques seraient déjà trop liliputiens...

Commentaires

même sans la télévision nous sommes assez conditionnés. D'autant que les informations et donc les décisions proviennent d'un groupe relativement restreint. S'il est normal que le professionnalisme règne il pourrait amener à une diversification des sources ou des points de vue. Sans doute sot ceci mais réaction d'une quidame.
quand à Carlucci sa peau est tellement tirée qu'il ne peut plus avoir ni sensation ni sentiment humain

Écrit par : brigetoun | 10 août 2006

Ton Carlucci, tu le préfères à la poèle ou sur le barbecue?

Écrit par : Fleuryval | 10 août 2006

@ brigetoun

Tout à fait d'accord, une fois de plus.
Mais comme je fais une fixette obsessionnelle sur les "media", dans la mesure où je considère qu'ils sont l'axe vital sur lequel se construit notre conscientisation du monde, j'ai tendance à considérer ce qui nous conditionne aussi fortement comme la plus grande cause de nos plus grands maux...
Carlucci a pu prospérer grâce au "silence", justement.
Pour ce qui est de son "physique" totalement glaçant, j'ai eu beau remonter dans les archives, je l'ai toujours vu aussi "reptilien"...
Mais ça n'est que symbolique ! Je connais des tas de salopards au physique idylliquement avenant.

@ Fleuryval

Je viens de nettoyer mon balcon façon Terminator et j'ai donc récupéré mon barbecue sous des tonnes de plantes mortes... ce sera donc aux braises ! :)
D'ailleurs, Carole pourrait bien en profiter sous peu....
Ça te dit des poivrons rouges et des chuletas de cordero grillées, Carolette ? ;)))

Écrit par : Grabuge | 10 août 2006

J'aime de plus en plus ton exotisme...
La télévision m'est devenu une étrangère...
Elle l'était déja quand je me perdais sur les trottoirs de Paris.
Mais, d'acord avec toi, le MOnde selon Bush écrase le Farhenheit de note néanmoins ami Moore (pas Roger, l'autre).
Et j'ai beaucoup aimé le Clooney, beaucoup.

Alors, la télé pour moi est définitivement "contournable"... por ne pas dire haïssable...

Content de voir aussi que tu es sortie de ta semi-liberté.

Écrit par : bertrand | 10 août 2006

Exotisme ???
Arf !
Tu vois, on est toujours l'exotique de l'autre.
Ça me rappelle l'impérissable phrase de Luis Rego en tant qu'avocat commis d'office de Le Pen au Tribunal des Flagrants Délires de Claude Villers sur France Inter, il y a des lustres...

"Mais vous savez quoi ?...Il y a de plus en plus d'étrangers dans le monde !!!"

Dit avec l'accent portugais d'un immigré obligé de défendre le Borgne face à un Desproges mort de rire... ça valait son pesant de cacahuètes...

Écrit par : Grabuge | 10 août 2006

Et un Carlucci aux braises, un!
Ca chauffe, en cuisine. Ca chauffe!
Juste en passant, j'observe que ta mère n'a rien pu faire pour les plantes du balcon... Ca me redirige vers Audiard: "la justice, c'est comme ta mère. Faut l'apercevoir de temps en temps, sinon le doute s'installe."

Écrit par : Fleuryval | 10 août 2006

@ Fleuryval

Ma mère n'y est pour rien, malheureux !
La pauvre femme ! Elle n'a pu monter mes deux étages qu'il y a 8 ans de ça ! Jamais depuis !
Elle n'a jamais vu l'état du dit-balcon.
Lequel j'ai déserté quand se sont construites deux résidences en face, en lieu et place de l'immense champ d'herbes folles qui me ravissait, juste avant le terrain de foot des jeunes de la cité !
Quand tu ne peux plus pointer le bout du museau pour arroser ton basilic sans que les travailleurs du BTP ne t'assomment de "Claudia ! Ouais ! Claudiaaaaaaaaaaa !"... tu fous plus le nez dehors et tu laisses crever gentiment tout ton petit bazar.

Quant au doute, il devrait se dissiper de visu demain après-midi comme si l'heure déprimante téléphonique de fin de journée n'y avait pas suffit...
N'empêche que je vais ramener des plantes neuves de ma virée "parentale".
Et toc !

Écrit par : Grabuge | 10 août 2006

Alors là, tu culmines! De la responsabilité des ouvriers du bâtiment dans le décès du basilic, c'est du jamais vu! Du grandiose! Du sujet de thèse! De la matière à long métrage...
Avant d'aller chercher des plantes neuves, arrête-toi à la mairie pour consulter le plan d'occupation des sols. Si on doit construire un vestiaire et des douches au bord du terrain de foot, ça va génocider les bégonias...
J'y crois pas! "Grabuge! Ouais! Grabuuuuuuuuuuuuge!", ça peut tuer le persil. Tu vas te faire un nom dans l'horticulture!

Écrit par : Fleuryval | 11 août 2006

Oui une partie du monde est bien pitoyable,
Je te découvre et je me dis que tout n'est pas illusoire,
La réflexion a encore ses adeptes,
La réactivité ses défenseurs...

Une petite balade au grand air fait beaucoup de bien aussi ;)

Écrit par : Jefe anonimo | 11 août 2006

ha, le tribunal... ma jeunesse... que de bons souvenirs...
évidemment, celui de Le Pen fut un grand moment...
...
Desproges me manque !

Écrit par : Bertrand | 11 août 2006

@ Fleuryval

D'abord, j'ai jamais eu de bégonias !
Des fushias, oui...
Des plumbagos, aussi...
Même des citronniers et des petits oliviers !
Et puis j'y peux rien, moi, si quand tu as tes habitudes de solitaire à siroter ton café avec un bon bouquin sur le balcon, tu vois monter petit à petit les étages d'une résidence en face !
Et comme dans la fin des années 90, les mecs trouvaient que le summum du compliment était de te baptiser Claudia si tu avais le malheur d'être blonde et de dépasser les 1m75... tu te rapatries sagement à l'intérieur de tes murs, bien calfeutrée.

@ jefe anonimo

Reflexion, c'est certain.
Réactivité, je suis moins sûre...
Je m'en méfie à mort. Ça doit dater du bidonnage de Timisoara...
Depuis, j'essaie d'éviter de "réagir" immédiatement à l'actualité tant que je n'ai pas vérifié à diverses sources.
Plus de PQN. Les news brutes et le Diplo... comme ça, je me dis que je risque moins de me faire avoir.

@ Bertrand

Ahhhhh ! Le Tribunal !
Je me souviens que j'arrêtais tout pour me délecter des réquisitoires de Desproges, des plaidoieries de Rego et du piment de Villers... sans oublier le sergent Rabol au piano !


Sur ce, Grabuge s'en va initier son papounet de 84 ans aux arcanes de Firefox et de Google... formation multimedia, cet aprem'...
A plus, tous !

Écrit par : Grabuge | 11 août 2006

A propos de cette racaille de Carlucci, le doc de
Karel ne va pas assez loin (question de moyens je suppose) sur les liens que ce clan entretient avec la mafia (italienne et américaine) tout en tirant les bénéfices du narcotrafic.
Si je peux te conseiller un bouquin , c'est le dernier de James Ellroy "american death trip" collection rivages noirs( 10 EUR à vue de nez) qui narre de manière romancée mais terriblement documentée la réalité des liens entre la classe politique, les républicains, la mafia, les exilés cubains. La toile de fond en est l'assassinat de JFK et la guerre du vietnam.

Écrit par : Hervé | 11 août 2006

@ Hervé

Je n'ai pas bien compris... tu parles de quel documentaire ? Le Monde selon Bush ou CIA - Guerres secrètes ? Parce que Carlucci apparaît dans les 2...
Mais de toutes façons, aucun de ces films n'ont pour objet la Carlyle. donc il n'est pas étonnant que Karel n'utilise qu'une faible partie de ce registre-là.
Et puis n'oublions surtout pas que la Carlyle a un statut très particulier dû au fait qu'elle n'est pas côtée en bourse (volontairement). Du coup, ni ses comptes ni ses actionnaires n'ont le devoir d'être connus...
Je trouve déjà énorme que Karel réussisse à faire parler le Franck Carlucci (même si on peut foutre des tonnes de guillemets à ce qu'il énonce).
La Carlyle, comme je l'ai dit dans le billet, c'est une nébuleuse qui se nourrit du silence (comme la mafia, tu as raison).
Et vu les méthodes de Karel qui sont cent fois plus rigoureuses que celles d'un Moore, je le vois mal avancer des hypothèses qui ne soient pas étayées par des faits inattaquables.
C'est bien pour ça que je fais confiance à ce bonhomme, d'ailleurs...

Merci pour l'indication du bouquin !
Et comme il est tatoué sur mon épaule gauche "Ne pas prendre sans donner" en calligraphie arabe, je te retourne une autre référence : "Libra" de Don Delillo
http://www.chronicart.com/livres/livres_fictions.php3?id=5890
Même base de départ...

Tu ne le regretteras pas !
En plus, c'est divinement bien écrit !

Écrit par : Grabuge | 11 août 2006

coucou

Écrit par : martingrall | 12 août 2006

@ Martin

Bijou, chou, hibou, caillou, genou, joujou, pou...
Mais aussi relou, chelou, gnou, petit canaillou... ;)
Bisou !

C'est quand même marrant que personne ne réagisse directement au texte du discours de Ed Murrow...

Écrit par : Grabuge | 12 août 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu