Avertir le modérateur

18 août 2006

Vocation à...

Aux petites heures du jour, nos forces du désordre, commanditées par le Cocu Vibrionnant, ont expulsé plus de deux cent personnes du plus ancien et plus peuplé squat de France, celui de Cachan.

Sources :
France : le squat géant du Val-de-Marne évacué
Des expulsés du squat de Cachan ont passé la nuit devant le bâtiment

Maintenant... cherchez l'erreur...
Notre NabotLéon si prompt à s'autoproclamer "diseur de vérités" et "parleur vrai" n'emploie jamais qu'UN terme pour ce qui concerne les immigrés sans-papiers : "Ils ONT VOCATION À être reconduits à la frontière..."
Que ce soit sur les plateaux TV, que ce soient les communiqués de son Ministère, l'expression utilisée est invariablement la même...
Pourquoi ?

Petite leçon de français à l'intention de notre Hyper-Ultra-Mega-Super Menteur et de ses thuriféraires satisfaits...

II. A.  Inclination, penchant impérieux qu'un individu ressent pour une profession, une activité ou un genre de vie. Vocation artistique, militaire, musicale; vocation pour le commerce, le théâtre, la peinture; vocation pour le célibat; se sentir une vocation d'historien, de romancier, de poète; rater sa vocation; se détourner de sa vocation. Quoiqu'il n'eût aucune vocation pour le mariage, on l'avait conduit, le couteau sur la gorge, devant le prêtre (ABOUT, Grèce, 1854, p. 200). Il me fit part de sa vocation littéraire. Ce gamin de sixième composait des tragédies en vers! De véritables tragédies, en plusieurs actes, comme dans ses livres de classe (MARTIN DU G., Souv. autobiogr., 1955, p. XLII).
Vocation de + inf. Avoir la vocation de gouverner, de régner. D'un mauvais compositeur acharné à produire, on pourrait dire qu'il a la passion, mais non la vocation d'écrire des œuvres musicales (LAL. 1968).
P. iron. Au fond, sa véritable ambition eût été d'être joli garçon; j'ai peu vu de vocations plus manquées que celle-là! (GONCOURT, Journal, 1863, p. 1254).
En partic. Inclination, penchant marqué pour une profession exigeant dévouement et désintéressement (enseignement, médecine, recherche scientifique). Les Écoles régimentaires n'ont donné jusqu'ici que de très-médiocres résultats. Cela tient à ce que l'on n'improvise pas un professeur; l'enseignement demande une vocation et une aptitude particulières (DAVOUT, Réorg.milit., 1871, p. 19).
Loc. Par vocation. Par goût, par inclination très prononcée. J'entrai par vocation dans le métier des armes, j'appris les lettres par plaisir (CAMUS, Dév. croix, 1953, 1re journée, p. 532).
B. Destination individuelle de chaque être humain. Synon. destinée, mission. Le protestantisme (...) prend au sérieux l'enseignement de la Genèse: la vocation de l'homme n'est-elle pas de dominer la terre, d'y assurer le règne de l'homme? (Univers écon. et soc., 1960, p. 64-14).
C. DR. ,,Droit, en général conféré par la loi, auquel son bénéficiaire ne peut renoncer avant l'événement qui l'actualise (ouverture de la succession, survenance de l'état de besoin), mais qui existe dès avant à l'état de virtualité, d'éventualité`` (Juridique 1987). La vocation successorale ou héréditaire: droit pour le successible d'être appelé à la succession; la vocation alimentaire : droit pour une personne de réclamer des aliments à un parent, en cas de besoin (Juridique 1987).
Locutions
Avoir vocation à, pour + subst. ou inf. Être qualifié pour. Le parti a vocation normale pour constituer le cabinet s'il est au pouvoir, le contrôler s'il est dans l'opposition (MEYNAUD, Groupes pression en Fr., 1958, p. 37). Les géographes universitaires sont appelés à reconnaître qu'ils ont vocation à former non seulement des professeurs, voire des chercheurs, mais aussi des cadres pour l'économie (Colloque géogr. appl., 1962, p. 161). Chaque corps groupe les fonctionnaires soumis au même statut particulier et ayant vocation aux mêmes grades (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 241).
Ouvrir vocation à + subst. ou inf. Donner droit à (v. droit3 II A 1 b). La commission départementale d'admission établit la liste des élèves admis sans examen dans les classes de 6e, cette admission ouvrant éventuellement vocation à l'attribution d'une bourse (Encyclop. éduc., 1960, p. 135).

Source : définition TLFi 

 

Qu'on me cherche là-dedans ce qui peut bien correspondre à ce que vivent des individus ou des familles contraintes à coller leurs maigres affaires dans des sacs poubelles et à finir, en files piégées par des cordons de police devant des centres de rétention...

Ou comment tordre la langue française pour lui faire dire très exactement le contraire de ce qu'elle signifie.

Et qu'on vienne maintenant me dire que le Gauleiter de Neuilly "parle vrai"...
Il se pourrait bien que suite à la démonstration ci-dessus de l'hypocrisie et du mensonge qui fondent son fond de commerce, je me laisse aller à rechausser mes rangers cloutées et que quelques miches repues en gardent un douloureux souvenir...

 

Bande-son : Soprano's Soundtrack - Woke Up This Morning
Bande-son : Soprano's Soundtrack - Woke Up This Morning

Commentaires

Il y en a en effet qui ont vocation (seront appelés à) se faire botter le cul un jour ou l'autre, surtout quand ledit cul est à la bonne hauteur et qu'on peut prendre appui sur les dents qui rayent le parquet pour plus de stabilité.

Cela s'appelle le karma.

VOCATVS ATQVE NON VOCATVS DEVS ADERIT.

Écrit par : Swâmi Petaramesh | 18 août 2006

Nom de Zeus !
Faire à la fois référence au karma, à Jung, à l'inconscient... et tout ça en latin en l'espace de 4 minutes... soufflée, la Grabuge ! ;)

Chouette ! Un latiniste...
Salut, vieille branche (bah oui... être latiniste, ça te date pire que du carbone 14, mon bon...)

Écrit par : Grabuge | 18 août 2006

Bravo ! Décorticage sémantique tout à fait pertinent …

Écrit par : Bernard Langlois | 18 août 2006

@ Bernard

Je peux être outrageusement chiantissime en ce qui concerne les mots... probablement parce que latiniste (comme notre Swâmi Petaramesh, apparemment).
Et je ne supporte plus la vague du faux "parler vrai" qui a fait le succès d'un Le Pen avant celle du Petit Nicolas...

Ça a un nom : le populisme.
Et ça n'a jamais fait évoluer l'humanité d'un iota.

Toujours autant d'orages chez toi ou ça se calme ? :)

Écrit par : Grabuge | 18 août 2006

@Grabuge : Comprendre aussitôt la référence multiple incluant ce vieux Carl Gustav m'épate tout autant ô Grabuge !
Sinon, latiniste, boh, disons avoir dormi au fond près du radiateur en 6e-5e pendant Rosa-Roase-Rosa-Rosarum-Rosis-Rosis ou quelque chose comme ça... Avant d'envoyer le prof' en congé de longue durée pour dépression parce que, justement, ça ne pouvait plus durer ainsi ;-)

Illiterati num minus nervi rigent,
Minusve languet fascinum ?

Puis archéodendrite ? Oh, mon Dieu, tout de même pas tant que ça !

Écrit par : Swâmi Petaramesh | 18 août 2006

Pour une fois que le vibrionnant reconnaît une vocation on va pas chipoter.

Après avoir vibrionné a quitté le lit
Il le retrouva occupé par autre que lui
Et elle et le nouveau « Ha il est tout petit »

Les petits ça se vengent toujours
Quant il inverse sexe et amour.
En uniforme Sarko, sans doute un jour.

Cachan ça sent les bottes.

Écrit par : martingrall | 18 août 2006

C'est passé (les orages).
Fait frisquet maintenant pour une mi-août !

Tu as tout à fait raison d'être "chiantissime" sur le vocabulaire, et ce qui se cache derrière !

Écrit par : Bernard Langlois | 18 août 2006

@ Martin et Bernard

Je précise que je n'ai rien contre les "petits"... mon meilleur ami/amoureux faisait 1m54 (avec mes 1m77, notre cercle n'a jamais cru qu'on puisse constituer un couple ! C'était trop drôle, ce manque d'imagination de leur part !).
Mais que ça génère des comportements "compensatoires", j'en sais quelque chose, effectivement !

Cachan, c'est aussi un contre-feu coup-de-pied de l'âne à RESF...

Voui... les mots sont importants... me voilà revenue à mes marottes...
Et je persiste malgré la réputation d'élitiste intello que les négligents/ non-exigeants te collent parce qu'ils ne voient pas à quel point on les enfume avec des discours qui cachent les vieilles saloperies comme on glisserait, l'air de rien, la crotte du chat sous le tapis.

Ici, on s'envole vers les 27° avec un soleil radieux...
Carole vient d'appeler, elle quittait Espelette... le paréo tahitien est pendu au balcon pour qu'elle repère ma citadelle afin que j'abaisse le pont-levis... et le barbecue sera donc pour midi et non ce soir... quoique... on peut aussi reéditer la chose ! ;)

Écrit par : Grabuge | 18 août 2006

Si j'ai bien tout compris le Nicolas a donc vocation à remplacer un Le Pen vieillissant pour ce qui concerne le rejet de celui qui est différent.

Écrit par : Claudius | 18 août 2006

Claudius |
Et en plus tout celui qui est plus grand! Il deteste par dessus tout parler à Chirac! Il a toujours envie de lui dire oui papa! dans l'emancipation il est facile de faire fausse route!

Écrit par : martingrall | 18 août 2006

Il y a un an déja, aprè les inendie dans les hôtels qui avaient causé des morts avat été `rétexte à expulsion horrible... et les manisfestations organisées ne rassemblaient tant de monde que cela...
J'avais écris ca
http://bertrand-bertrand.over-blog.com/article-789971.html
parce que la question logement étaient alors mise en avant.
mais la radicalisation actuelle des idées discriminatoires vis a vis des étrangers ou des différents et marginaux de tout poil me donne la chair de poule...
Notre NS semble rêvé d'un pays propre où rien ne dd´passe, sans bruit, sécurisé pour le bien de tous...
Au Chili on appelle ca un condominium, enceinte privée avec un vigile à 'entrée, des services collectifs a l'intérieur (piscine, boutique) pour les privilégiés qui surtout surtout, ne veulent pas savoir ce qu'il se passe en dehors de leur bulle.

Écrit par : bertrand | 18 août 2006

Ben moi, j'ai vocation à aussi, mais c'est pas tout à fait la même...

Vocation à vous dire: "Y a du neuf au jardin"
Et qu'on vous y attend avec un verre de vin!
Un putain de bonheur à vous faire partager:
Mon bouquin va sortir et ça va financer

Une putain de fête où vous êtes invités,
Surtout la sociophobe suicidaire appliquée.

Non, j'étais là hier, suis passé en courant,
S'agit pas de vendre un truc compliqué à tes parents.

Écrit par : Fleuryval | 18 août 2006

@ Tous... enfin... les piliers de bars...

Je viens de border virtuellement Mam'zelle Carole et le Monsieur Tout à Fait Charmant qui va avec...
Depuis midi à parler, boire, manger, boire, rire, boire, fumer, boire, discutailler, boire... la vieillasse blondasse a enterré les jeunots ! Yepee !!!

L'avantage à rester le cul, jeune ou vieux, sur une chaise à parler de tout et de n'importe quoi, de tremblements de terre, du WTC, du Liban, des militaires, de la démocratie, de tortues, de parents, de vieillesse, de jeunesse, de m2, de plaquettes de freins, de fromage fermier, de basques, de chieurs, de moins chieurs, de pas chieurs du tout... ne vaut que si on a un homme sous la main qui roule des biscottos et vous dit : "Les filles... restez assises... je m'occupe de tout !".
Les filles, pas connes, elles jouent les soumises pour ne pas montrer à quel point ce sont des lagagnes (expression du cru d'origine hispanique... cherchez dans vos dicos...)... trop contentes d'avoir "Monsieur Muscle et Je Maîtrise" sous la main... en plus, il assure vraiment... pour une fois qu'on ne tombe pas sur une branche pourrie ou un kakou ! On ne va pas se plaindre !
Il faisait beau, il faisait bon mais j'avais pas de sable chaud sous la main...

Il nous en en a fait 2 de barbecue, surveillant du pied ma gatoune qui n'aurait pas demander mieux que de griller ses moustaches à la braise rougeoyante... !
A 4 heures de l'aprem'... (ouais... dans le sud profond, on fait durer l'apéro, surtout avec du vin sauvage et du pousse rapière), côtelettes d'agneau, piments rouges piquillos et pâtes aux morilles avec soit la sauce aux morilles assortie, soit le pistou tout frais du balcon direct...
Le soir, basses-côtes de boeuf et les restes de pâtes complètes aux bolets et pimientos avec un brebis/chèvre fermier parfaitissime...

En revanche, mon café moka/cacao au piment d'Espelette que la cuillière tient toute seule dedans... j'ai comme l'impression qu'on va en causer longtemps dans les chaumières....

Réveil à 8 heures demain matin : ils ont déjà le miel des montagnes, la confiture d'orange de papounet sur la table qu'on a lamentablement scotchée pendant 12 heures de rang... lamentablement mais c'était tellement bon !

C'était bon comme seules les montées de choses pas franchement légales le sont.
Demain, ça ira encore, sur la lancée de la montée d'adrénaline.
Après-demain, je vais me ratatiner comme une vieille figue... je le sais...

Vous êtes prévenus ! Je connais mes pathologies !

Sur ce... m'en va regarder le docu paraît-il totalement bouleversifiant sur l'OMC, "Pas Assez de Volume - Notes sur l'OMC"... je viens d'ailleurs de le lui coller sur DVD+RW à la Scarole pas frisée mais mutine et fraîche comme une mandarine...ça lui fera un souvenir !

Allez... c'est pas que je vous fasse faux bond, c'est que je suis vannée... besoin d'étendre la grande carcasse... ;)

Écrit par : Grabuge | 19 août 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu