Avertir le modérateur

16 octobre 2006

Kenzo... Yamamoto... le vide à travers les planches

Il y a des jours comme ça...

Vous avez vu les JT et les media dominants faire leur B.A sur la faim dans le monde...  5 minutes de bonne conscience avec regard de cocker mouillé... 24 heures même pas chrono...
Tous, ils ont filmé la mise en scène New-Age des silhouettes qui s'effondrent sur le parvis d'une capitale dédiée à la consommation et au tourisme des gavés de la planète pendant que les autres sucent des pierres...

Bien plus facile et digestif que l'image du gamin mourant dont on compte les os sous la peau diaphane... une silhouette... tout à fait ce que notre monde de repus est capable de supporter... surtout pas l'image "en vrai".... 

Tous, ils ont pris cet air compassé et désolé qu'inspire le sujet...
Tous...
Tous... et cinq secondes plus tard, le visage a changé. Parce qu'on parle de foot ou de soldes ou de cerfs-volants.
Et là, le visage compassé reprend de la couleur, le rose revient aux joues de nos icônes télévisuelles... on sourit, on penche la tête langoureusement, on caresse la caméra d'un oeil en biais sensé symboliser la complicité avec l'oeil universel ou hexagonal qui vous regarde.

Et oui... un mort de faim toutes les quatre secondes sur cette terre qui peut nourrir le double de sa population actuelle. Sauf que le très fameux "Il ne faut pas désespérer Billancourt" est toujours de saison, encore plus ignoble, encore plus indécent, encore plus prégnant...

Alors on va vous gaver avec des images de mère infanticide, de footeux viré, de salon de l'auto, de banlieues prétenduement incontrôlables.... mélangeant le tout et le n'importe quoi...
Au bout de tout ça, c'est votre mort dont il s'agit.... mais il semblerait que vous vous en moquiez comme de votre premier tricycle... selon les sondages...
Mais les sondages... on sait ce que ça vaut ! Je ne vais pas vous reprocher l'indifférence à votre propre mort.
Non.
Je serais incroyablement mal placée pour ça !
Mais si vous pouviez, plus qu'une journée, réaliser que vous détenez les clés d'autre chose, les clés d'une autre possibilité, je pourrais m'en aller tranquillement.
Il n'est pire pensée que de croire qu'un grain de sable est inutile.
Un grain de sable qui se fait un tas de copains d'autres grains de sable, ça peut faire la dune du Pilaa.
Voire des kilomètres de Sahara....

Alors je planque ma légendaire causticité, mon indécrotable teignerie, mon historique goût pour la baston sévère façon Bérus ou Nine Inch Nails ou Rage against the machine, pour vous demander de fermer les yeux dix minutes et vous demander ce que vous pouvez faire pour que tout ça ne parte pas dans le mur (quoique mon désir le plus profond de suicidaire sociophobe soit JUSTEMENT que ça parte dans le mur et qu'on n'en parle plus !)
C'est dire la gratuité et le non-intéressement de ce billet !).
Comprenez-moi bien : ce n'est pas pour moi qui suis déjà finie, c'est pour VOUS.
Je vais même faire un truc absolument inconcevable dans ces lieux de stupre : en appeler à votre "bon fond", comme on disait auparavant.
Vous voulez vous chicorner sur Nicolène et Ségolas ? Allez-y.... j'en suis... Mais si vous pouviez éloigner votre regard du ras de la toile cirée, juste une seconde, comme on le fait quand on joue dans Google Earth (gratuit ! je le souligne !) à zoomer sur telle ou telle partie du monde... ce serait pas mal, non ?

"Putain ça penche... on voit le vide à travers les planches..."

Moi, c'est vivement le vide ! The great Void selon mon Trent Reznor !
Mais vous, les normaux, les pas atteints, les pas déjà foutus, les vivants qui veulent vivre en dépit de tout ?
C'est quoi ? Vous êtes qui ?

C'est où que tu penches ?  

Bande-son : Alain Souchon - Putain ça penche
  

Nota  de 19:00: J'ai oublié la signature indispensable qui restera là jusqu'à fin octobre, voire plus si nécessaire :
Ne me dites pas que je suis inconséquente... j'en ai totalement conscience... mais on peut mettre des tas d'idées au-dessus de notre survie sans être illogique... tout dépend de la valeur qu'on donne aux "idées"....

Commentaires

Non, tu n'es pas "déjà finie". Tu ne l'es que tant que tu veux l'être.

Écrit par : Swâmi Petaramesh | 16 octobre 2006

@ Swâmi

Ben non.
Parole de l'extérieur.
Parole de l'ailleurs que "toi".
Je doute que tu connaisses déjà la "finitude"....

Désolée...

Arf.... "Grabuge" n'est pas fait pour ce genre de discussions.
C'est voulu.
Je l'ai voulu.
Avec acharnement.

L'ailleurs, l'intime, il renaîtra autre part à moins que je ne disparaisse avant.
Alors on s'en tient à l'essentiel : Tout plutôt que Sarko à la tête de l'État !

Question de priorités....

Écrit par : Grabuge | 16 octobre 2006

:o))) ...

Écrit par : les marques du plaisir | 17 octobre 2006

bon , ben je viens de pêter mon cable désolé ...

Écrit par : les marques du plaisir | 17 octobre 2006

@Grabuge tu peux être un peu plus libre, la guerre au Darfour ne plait plus aux américains!

Écrit par : martingrall | 19 octobre 2006

Bon eh ben puisque c'est comme ça, je suis fini moi aussi. Na.

Écrit par : Olivier Bonnet | 20 octobre 2006

"Mais si vous pouviez éloigner votre regard du ras de la toile cirée"... 'tain c'est beau... mais c'est vrai ça fait peur le vide...

Écrit par : Briscard | 20 octobre 2006

@ Tous

Bueno... quelques explications sur la morbidité pitoyablement larmoyante de ce billet... chose à laquelle Grabuge ne vous a pas trop habitués (le larmoyant, je veux dire... parce qu'au niveau morbidité ou pitoyable, je sais bien qu'il m'arrive de déborder éhontément... n'est pas adepte du VHEMT qui veut ! http://www.vhemt.org/findex.htm )

En fait, j'avais abusé d'adjuvants divers, licites ou non, parce que le lendemain matin, j'enterrais un copain de 30 ans.
http://eloge.de.la.fuite.free.fr/blog/?p=168
Je dis bien un copain, pas un "ami de 30 ans" mode Chirac/Balladur...) et que ça ne passait pas.

Ça ne passe toujours pas mais j'arrive à articuler trois mots sans fondre en larmes de rage inutile.

Scusi a tutti...

PS : Euh... Briscard
... es-tu LE Briscard qui fait du ping-pong linguistique avec l'excellent Dr. Dave ?

Écrit par : Grabuge | 20 octobre 2006

Désolé, Grabuge, y'a de sacrés saloperies dans cette putain de vie. On est avec toi.

Écrit par : Olivier Bonnet | 20 octobre 2006

Merci, Olivier...

Pas pour moi mais pour Conchita, celle qui a reçu le dernier souffle de son amoureux, sur un trottoir.

Parce qu'il n'y a qu'elle à qui on devrait penser à cet instant.

Et qu'il n'y a qu'elle qui me fasse me réveiller en sursaut toutes les nuits depuis une semaine, juste parce que je m'imagine à sa place.

Alors merci pour Conchita.
Merci pour elle dont je ne n'arrive même pas à imaginer qu'elle puisse survivre à ça.

Moi, c'est rien.
Elle...

Écrit par : Grabuge | 20 octobre 2006

Oui

Écrit par : Briscard | 21 octobre 2006

@ Briscard

Chouette !

Écrit par : Grabuge | 21 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu