Avertir le modérateur

28 octobre 2006

Pasqua-Pandraud : Ze retour de Ze vengeance

medium_conformity.jpg

 

Ça m'enquiquine au plus haut point mais j'ai entendu causer d'une chose qui m'a révolutionné les sangs, les intestins et ce qu'il y a autour.

Un médecin, après avoir soigné une patiente, l'aurait dénoncée auprès de je ne sais quels services policiers parce qu'elle était sans-papiers.
...

Donc, si j'en crois la rumeur, on a un gars qui fait son boulot normalement, qui se conforme au serment d'Hyppocrate.... mais qui 5 minutes après nous la joue crémier de "Au bon beurre" de ce clown de Jean Dutourd.

... J'ai une énorme réticence là-dedans, c'est que j'ai beau chercher, je ne trouve pas trace de l'info originelle, de la news qui confirmerait une telle saloperie...et j'ai un défaut extrêmement pénible : j'ai du mal à accuser sans preuves, ou sans sources...

En l'espèce, c'est donc toujours de la rumeur, certes méchamment insistante mais tout de même de la rumeur tant qu'on ne m'aura pas fourré les preuves sous le nez...

...
J'en appelle donc à ceux qui connaissent intimement un certain C.L., Docteur Justice pour certains. Docteur Greg House pour moi... tout dépend de nos références culturelles ou de nos fantasmes sexuels...

On pourrait se dire qu'un tel olibrius aussi doué, placé comme il l'est, pourrait savoir exactement ce qu'il y a de faux ou de vrai dans cette histoire qui fout les chocottes...
En attendant, et pour ravir mon très cher Bernard Langlois qui a l'air d'apprécier les textes inconnus ou méconnus et maintenir ma fausse réputation d'érudite (mes pauvres ! si vous saviez à quel point je suis une tanche, vous cesseriez de fréquenter ces lieux !)...
Voilà de quoi vous faire comprendre que la bataille qui eut lieu lors de la tentative de loi Pasqua-Pandraud, elle qui a initié le mouvement des 20.000 "nons"... ne peut JAMAIS être inutile.
Vous en voulez un de ceux qui sont le contraire absolu des Sarkozy de Nagy Bocsa et autres ?
Vous en voulez vraiment ?

Ça va faire mal...
Et pas qu'à vous !
On s'accroche....

Lettre indésirable n°1

Preuves un peu trop lourdes de la dégénérescence humaine, il m'est parvenu que de singuliers citoyens français m'ont dénoncé à vous comme n'étant pas du tout au nombre de vos approbateurs.

Je ne puis, messieurs, que confirmer ces propos et ces tristes écrits. Il est très exact que je vous désapprouve d'une désapprobation pour laquelle il n'est point de nom dans aucune des langues que je connaisse (ni même sans doute dans la langue hébraïque que vous me donnez envie d'étudier). Vous êtes des tueurs, messieurs; et j'ajouterai même (c'est un point de vue auquel je tiens beaucoup) que vous êtes des tueurs ridicules. Vous n'êtes pas sans ignorer que je me suis spécialisé dans l'écoute des radios étrangères; j'apprends ainsi de précieux détails sur vos agissements; mais, le propre des criminels étant surtout d'être ignorants, me faudra-t-il perdre du temps à vous signaler les chambres à gaz motorisées que vous faites circuler dans les villes russes ? Ou les camps où, avec un art achevé, vous faites mourir des millions d'innocents en Pologne ? (...)

Vous ajouterai-je, messieurs, pour me tourner enfin vers cette Allemagne que vous prétendez représenter, que je ressens tous les jours une très grande pitié pour mon frère, le travailleur allemand en uniforme. Vous avez assassiné, messieurs, mon frère, le travailleur allemand; je ne refuse pas, ainsi que vous le voyez, d'être assassiné à côté de lui.

Armand Robin.
Extrait de sa lettre adressée le 5 octobre 1943 à la Gestapo, avenue Foch, Paris... avec nom et adresse de l'expéditeur !

Armand Robin était anarchiste, poète, traducteur, romancier, homme de théâtre, homme de radio, homme dans toute son acception...
 

 

Bande-son : Jane's Addiction - Jane Says

La France "qui se lève tôt"...

Ça y est !
Bingo !
Au tirage comme au grattage, le vizir à talonettes ne nous déçoit jamais...
Le Kanichabouch nous a encore fait le coup de l'image d'Épinal du travailleur aux mains calleuses, tout ce que son clan a toujours combattu, le journalier exploité, le mineur silicosé.
Tout ce que sa famille a toujours fait charger, que ce soit à cheval dans les rues de Carmaux, à motocyclettes voltigeuses dans celles de Longwy ou ailleurs...

Sauf que "la France qui se lève tôt", dans quelques jours, c'est aux portes des CHRS qu'on va la retrouver...

Les CHRS, pour ceux qui auraient vécu dans le coton ouaté d'un Loft à la TF1 ces 20 dernières années, ce sont les Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale.
C'est-à-dire les chambrées militarisées où les SDF peuvent trouver un abri pendant l'hiver... à condition qu'ils montrent patte blanche ou se comportent comme ces braves travailleurs chinois que je décrivais dans le billet précédent... bien polis, bien courtois, bien courbés...

A condition de laisser sa copine dehors parce qu'ils ne sont pas mixtes et que quand tu es SDF tu n'as même plus droit à l'amour.
A condition de te débarrasser de ton chien, seul être vivant à te protéger des embûches quand tu dors sous un porche à l'abri de cartons humides, la nuit.
Seul être à te regarder avec amour (mais j'ai déjà dit au-dessus que l'amour était interdit aux sans-toit).

A condition de pointer à 5 heures de l'après-midi parce qu'après, les portes sont closes et que tu peux crever dehors sans que l'huis ne s'entr'ouvre.
Et d'être éjecté à 6 heures du matin pétantes, en pleine nuit hivernale et au plus froid du gel, sans une boisson chaude dans l'estomac.

La France qui se lève tôt... c'est AUSSI celle-là... et de plus en plus nombreuse !
Mais comme elle ne vote pas (il faut avoir un domicile pour pouvoir voter, je le souligne...), cette France des petits matins noireâtres ou blafards, on ne vous la mettra sous le nez que lorsqu'on aura atteint la vingtaine de morts de froid...


Il y a dix ans, au premier mort sur un banc, on faisait l'ouverture du JT...
Aujourd'hui, le Ministricule de l'Intérieur qui fait payer par vos impôts les salles de muscu de sa Pomponette ou les écrans géants plasma de sa progéniture, fait aussi condamner le SDF un poil ivre qui ose lui jeter devant des caméras "Et va donc ! Et retourne en Chine !"... à 1 mois ferme de prison...
Un Loïc Plus Con que Moi Tu Meurs vous dira que ce gars-là a bien de la chance de passer un mois au chaud et nourri par la grâce de la seule générosité de son Duce adoré, lui qui n'a pas le temps de lancer une piécette aux SDF qui jonchent son parcours de "running" avant le "douching" et le "travailling"... "parce qu'il court trop vite" (sic !).

Et comme je suis bonne© façon Haroun El Poussah (pour être assortie en camaïeu délicat avec notre Kanichabouch 1er Iznogoud), sachant que le pauvre homme n'est guère capable de déchiffrer plus compliqué qu'un "Club des Cinq" et au vu de son parcours estudiantin des plus lamentable, je lui offre gratuitement, en guise de Samu de la pensée, quelques mots de Baudelaire... encore un traîne-patins qui ne mériterait pas l'intérêt de notre République !

Assommons les pauvres !

Pendant quinze jours je m'étais confiné dans ma chambre, et je m'étais entouré des livres à la mode dans ce temps-là (il y a seize ou dix-sept ans) ; je veux parler des livres où il est traité de l'art de rendre les peuples heureux, sages et riches, en vingt-quatre heures. J'avais donc digéré, - avalé, veux-je dire, toutes les élucubrations de tous ces entrepreneurs de bonheur public, - de ceux qui conseillent à tous les pauvres de se faire esclaves, et de ceux qui leur persuadent qu'ils sont tous des rois détrônés.  On ne trouvera pas surprenant que je fusse alors dans un état d'esprit avoisinant le vertige ou la stupidité.

Il m'avait semblé seulement que je sentais, confiné au fond de mon intellect, le germe obscur d'une idée supérieure à toutes les formules de bonne femme dont j'avais récemment parcouru le dictionnaire. Mais ce n'était que l'idée d'une idée, quelque chose d'infiniment vague.

Et je sortis avec une grande soif. Car le goût passionné des mauvaises lectures engendre un besoin proportionnel du grand air et des rafraîchissants.

Comme j'allais entrer dans un cabaret, un mendiant me tendit son chapeau, avec un de ces regards inoubliables qui culbuteraient les trônes, si l'esprit remuait la matière, et si l'oeil d'un magnétiseur faisait mûrir les raisins.

En même temps, j'entendis une voix qui chuchotait à mon oreille, une voix que je reconnus bien ; c'était celle d'un bon Ange, ou d'un bon Démon, qui m'accompagne partout. Puisque Socrate avait son bon Démon, pourquoi n'aurais-je pas mon bon Ange, et pourquoi n'aurais-je pas l'honneur, comme Socrate, d'obtenir mon brevet de folie, signé du subtil Lélut et du bien avisé Baillarger ?

Il existe cette différence entre le Démon de Socrate et le mien, que celui de Socrate ne se manifestait à lui que pour défendre, avertir, empêcher, et que le mien daigne conseiller, suggérer, persuader. Ce pauvre Socrate n'avait qu'un Démon prohibiteur ; le mien est un grand affirmateur, le mien est un Démon d'action, un Démon de combat.

Or, sa voix me chuchotait ceci : "Celui-là seul est l'égal d'un autre, qui le prouve, et celui-là seul est digne de la liberté, qui sait la conquérir."

Immédiatement, je sautai sur mon mendiant. D'un seul coup de poing, je lui bouchai un oeil, qui devint, en une seconde, gros comme une balle. Je cassai un de mes ongles à lui briser deux dents, et comme je ne me sentais pas assez fort, étant né délicat et m'étant peu exercé à la boxe, pour assommer rapidement ce vieillard, je le saisis d'une main par le collet de son habit, de l'autre, je l'empoignai à la gorge, et je me mis à lui secouer vigoureusement la tête contre un mur. Je dois avouer que j'avais préalablement inspecté les environs d'un coup d'oeil, et que j'avais vérifié que dans cette banlieue déserte je me trouvais, pour un assez long temps, hors de la portée de tout agent de police.

Ayant ensuite, par un coup de pied lancé dans le dos, assez énergique pour briser les omoplates, terrassé ce sexagénaire affaibli, je me saisis d'une grosse branche d'arbre qui traînait à terre, et je le battis avec l'énergie obstinée des cuisiniers qui veulent attendrir un beefteack.

Tout à coup, - ô miracle ! ô jouissance du philosophe qui vérifie l'excellence de sa théorie ! - je vis cette antique carcasse se retourner, se redresser avec une énergie que je n'aurais jamais soupçonnée dans une machine si singulièrement détraquée, et, avec un regard de haine qui me parut de bon augure, le malandrin décrépit se jeta sur moi, me pocha les deux yeux, me cassa quatre dents, et avec la même branche d'arbre me battit dru comme plâtre.  Par mon énergique médication, je lui avais donc rendu l'orgueil et la vie.

Alors, je lui fis force signes pour lui faire comprendre que je considérais la discussion comme finie, et me relevant avec la satisfaction d'un sophiste du Portique, je lui dis : "Monsieur, vous êtes mon égal ! veuillez me faire l'honneur de partager avec moi ma bourse ; et souvenez-vous, si vous êtes réellement philanthrope, qu'il faut appliquer à tous vos confrères, quand ils vous demanderont l'aumône, la théorie que j'ai eu la douleur d'essayer sur votre dos."

Il m'a bien juré qu'il avait compris ma théorie, et qu'il obéirait à mes conseils.

Charles Baudelaire (1821- 1867)

 

 

Bande-son : Cure- How beautiful you are

25 octobre 2006

Nuit de Chine, nuit câline...

 

medium_liu.jpg

 

Je ne sais pas pour vous mais j'ai fait l'erreur insigne d'allumer le poste sur le JT de Poujadasse...

Et là, je tombe sur l'interview d'une boufonne super contente de vivre dans le royaume de la grande muraille où les domestiques sont polis et courbés à la juste hauteur que ses mômes n'ont même plus besoin de se baisser pour ramasser leurs pelures de saucisson.

Juste après, on a droit au récurrent reportage sur les "barbares des banlieues"....
Que des va-de-la-gueule tout juste bons à reproduire par mimétisme ce que les Poujadasses leur balancent avec délectation...

France télévisée, terre de contraste.... 

Poujadasse n'y va pas par quatre chemins : on a les miséreux polis de chez la Chine totalitaire et les moins polis de la France démocratique.

En fait, ils sont pouilleux infréquentables ou ils sont parqués dans des laogaïs, camps de travail qui n'ont rien à envier aux conditions de Ravensbruck (lire ou relire "Chine, on ne bâillonne pas la lumière" de Noël Mamère et Marie Holzman, chez Ramsay)...

T'es polie, t'es courbée, tu peux avoir la chance insigne de pouvoir astiquer  le chibre du cadre d'Alsthom ou de Total.... et si tu n'es pas foutue de dire merci c'est que t'es vraiment digne des camps de travail.... saloupiote, va !

Et puis tu as nos barbares, ceux des banlieues de cette capitale qui ne jure que par les plumes dans le croupion d'une Joséphine Baker...
Là, c'est différent....

Si tu es "fille", t'es forcément pute.... en Chine, tu serais domestique idéale... mais en Seine-Saint-Denis, t'es de la viande à maquereaux ! 

Si, comme pour moi, ça ne vous donne pas envie de vomir à tapisser les murs d'un F4... et si vous n'explosez pas votre TV au prochain reportage obligé du voyage du grand macquereau en chef Chirac Chibre à l'air au pays de l'humiliation érigée en Grand Art...

Ah ? Ben tiens.... j'ai un texte sous le coude concernant  ce magnifique pays qui fait rêver Laurence Parisot... n'oubliez pas de cliquer sur "lire la suite".... ça vous ouvrira des horizons.... !

Et comme bande-son, je vous colle un des plus beaux passages d'opera qui soit, le "Turandot" de Puccini.... certes, le "Nessun Dorma" n'est pas le lamento de cette pauvre Liu qui collerait pile-poil avec la situations de 99% des chinois, n'en déplaise à la Laurence Parisot, fille à Papa héritière de Portes de placard... mais bon... je me fais plaisir ... En plus, je me suis enquiquiquinée à mort (Céleste en est témoin !) pour choisir la version qui me faisait dresser les poils des avants-bras.... ben y'a pas photo... c'est Caruso qui gagne de quinze longueurs devant Pavarotti, Lanza, Del Monaco, Careras et consorts...
Un gars qui SERT un morceau au lieu de s'en servir.... ça vaut tous les discours.... É-nor-me !!!!

  

Bande-son : Nessun Dorma - Turandot - Puccini par Caruso
 
 
 Et n'oublions pas l'essentiel...

Lire la suite

24 octobre 2006

Les seins d'Élise Lucet

 

medium_M_V_D.JPG

Dans un moment soit de grande solitude soit d'inactivité comateuse, je suis allée regarder par curiosité les mots-clés employés pour aterrir dans l'Empire des Ténèbres qu'est ce lieu de stupres... et là, grosse surprise...

Un des gimmicks qui revient avec la régularité d'un métronome est : les seins d'Élise Lucet !

Mais nom d'un pétard à mèche (private joke qu'un certain Swâmi appréciera) ! Où donc ai-je pu délirer sur les excroissances mammaires de cette chère Élise ???

La seule chose dont je me sois malignement gaussée chez notre Belle des Champs cathodique est sa propension à nous balancer que nous sommes les bienvenus dans "NOTRE journal de la mi-journée"...
Accentuation racoleuse de vendeur d'aspirateur ou de râpe à fromage qui a le don certain de m'agacer prodigieusement.
D'autant que cette chère Élise, c'est un peu Docteur Jekill et Mister Hyde...
Sur la 3, elle anime des émissions souvent intéressantes et plutôt subtiles.
Sur la 2, elle tente désespéremment de faire la pige au Massimo Gargia bouseux de la Une, l'impayable Pernaut...

Alors, par pure bonté d'âme, je suggère à cette chère Élise de cesser de compter sur le pervenche radieux de ses étincelantes mirettes et de présenter le journal de 13 heures de France 2 en corset pigeonnant à la Thierry Mugler : visiblement, c'est ce que le public attend...

Et comme la politique de sa cheftaine Arlette Chabot semble être celle de l'attrape-nigaud, je ne prends pas de risques inconsidérés à penser que, pour le coup, le Jean-Pierre des campagnes, des fromages de chèvre moulés sous les aisselles ou de la dentelle du Puy y perdrait sa place de leader de la France qui ne pense pas...

J'dis ça, j'dis rien, hein ?!

Bande-son : Georges Brassens - Brave Margot
 
 
Addendum de 15:56, donc d'après Cahors 2000 et vernissage de la table de cuisine : Je viens de réaliser que j'avais aussi dans mes stats un référant qui me laisse perplexe :
Le pourquoi et le comment... surtout après un bon Cahors.... faut pas trop m'en demander...
Mais il vaut mieux que vous soyiez prévenus ! 
Addendum bis : j'ai cherché en vain une photo du défilé haute-couture de Mugler début des années 90, chose qui, nonobstant mon étanchéité totale à tout concept de luxe ou de mode, m'avait scotchée sur l'écran de Paris Première du temps où j'avais le câble... introuvable !
Si quelqu'un ou quelqu'une, dans ces eaux troubles, avait une idée d'où dénicher ce spectacle de rêve dont ma rétine est encore toute imprégnée, qu'il ou elle se fasse connaître !
 
Oups : J'oublais le seul truc réellement important...

20 octobre 2006

TF1 made in North Korea

flattery.jpg

Où est la différence ?

Au premier regard, on dira que la Claire Chazal de la TV nord-coréenne est cadrée de plus loin, qu'elle est maquillée différement, qu'elle ne penche pas la tête à droite de façon à caresser sensuellement du bon profil l'oeil de la caméra, qu'elle n'est pas vêtue aussi chicos, que son débit a plus à voir avec la mitraillette hystérique qu'avec la musiquette douceâtre de supermarché...

On en vient au fond...
La mitraillette hystérique débite la pensée de son leader maximo, le fils à papa héritier d'un des derniers îlots de déni de réalité totalement paranoïaques et bons pour l'asile de la planète (je précise... pas LE dernier... les USA ne désespèrent pas de rentrer dans le dernier carré, aidés en cela par Fox-News qui, pour plus aguichante, n'en est pas moins cinglée que la TV nord-coréenne).

Venons-en au coeur du problème.
La TV nord-coréenne débite la parole sacrée de Kim Jung Il...
TF1 sert sur un plateau la propagande du Kanichabouch©.
Certes, les moyens et les entourloupes sont différents. Mais c'est de l'entourloupe qui n'a ni le goût, ni la saveur, ni la couleur de la TV Nord Coréenne.... mais qui l'imite mieux que n'importe quel JT made in France, toutes options comprises...


Hier soir, notre Kanichabouch Iznogoud © a trouvé moyen d'asséner avec force mimiques tragico-comiques "façon peuple", sa dernière marotte marketing (il a des "trainers" pour ça) que "la délinquance a reculé dans chacun des départements de la région parisienne, y compris la Seine-Saint-Denis, et elle a reculé fortement"...
Sauf qu'on a un sacré grain de sable dans la machine qui aurait du stopper les machines à produire du sarkozysme à la chaîne du maçon Number One, The Bouygues himself, supporter ultra intéressé d'un des derniers tyrans maboules de la planète qui soit "pire" que Kim Jung Il, le dictateur du Turkmenistan, largement sponsorisé par notre diffuseur Number One Bouygues de tout et n'importe quoi jusqu'au décervelage complet...

Oups ! J'oublais ! Le rapport du Préfet Cordet qui, au fil des jours, va devenir, d'abord payant (parce que pauvre citoyen de base que tu es, tu dois payer pour savoir ce que tes employés te cachent...)

Lequel a très précisément pointé les problèmes vécus dans une réalité que le Cocu Coruscant ignore !
Je sais... coruscant, ça n'a pas l'air de correspondre du tout à la personnalité profonde du Kanichabouch©... mais si vous persévérez dans l'image, vous verrez le rapport avec "tout ce qui brille"...
Et puis je l'aime ce mot... il me fait bicher... il a un côté "emmerderesse qui caracole", "cavale indomptable et jouisseuse"... coruscant... coruscant.... sans blague !
Vous ne le trouvez pas excitant ?
Bref... passons.... et revenons à nos moutons... et au loup qui les cornaque...

On parlait d'un rapport... pas celui d'un infâme peigne-cul d'Amnesty International ! Non ! 

Un Préfet de la République bananière anciennement République française !!!

Rapport qui donne les chiffres bruts et incontournables d'une augmentation à 2 chiffres des violences. Tout confondu.

Le Kanichabouch Iznogoud© ment en direct sur TV North Korea.... pardon... sur TF1...

Tout journaliste digne de ce nom, jusqu'au moindre pigiste "à pas cher en CDD au mieux" a lu le rapport du Préfet Cordet...
Mais notre Barbie Nord-coréenne à toupet sur le front, l'inneffable PPDA, a visiblement fait l'impasse.
Il se tait.
Vivante preuve de l'applatissement aveugle face à la parole du chef de la bagarre contre les milliards de lémuriens qui nous agressent tous les jours et qu'il combat, vêtu seulement de la probité de sa tunique de nain désigné par le doigt de Dieu : Kanichabouch© 1er, Force Jaune, Celle Qui n'a Pas d'Hépatite Mais Juste Une Grosse Migraine.

medium_force_jaune.jpg

 

Il se tait et il sourit de cette façon qui n'appartient qu'à lui, mélange de compassion et de complicité induite.
Demi-sourire de connivence apparemment dégagé de toutes contingences autres que la prochaine invitation au Pré-Catelan...
Et Notre Autoproclamée Sainteté "L'union, le peuple, c'est moi, na ! Heil my Duce !" Kanichabouch© 1er, Gilbert Bourdin de la pensée française au raz des pâquerettes, d'en rajouter dans le penchement de tête façon Claire Chazal (quoique sans les seins artificiellement pigeonnants et beaucoup plus petit), regard de cocker teigneux (très dur, ça... un cocker teigneux, c'est du registre du chien qui miaule... une rareté!)... style :"Je suis de votre côté, les petits, les sans-grade, les pavillonaires au trouillomètre à zéro quoiqu'à 200 bornes de la moindre cité de chômeurs comme je les y parque... jamais vous ne verrez ces "barbares" à vos portes !"... 

Vous me direz qu'un  rigolo qui assène dans un de ses "livres" en 2004 : "Que disait-on il y a deux ans quand je suis arrivé au ministère de l'Intérieur ? Il va jouer au superflic. Les banlieues vont s'embraser. Résultat : il n'y a pas eu de révolte  et la criminalité a baissé sensiblement" sauf que moins d'un an plus tard, les dites-banlieues (lieux de bannissement, étymologiquement parlant) flambaient comme jamais...
Sauf que le Kanichabouch© fait filmer complaisemment les boursouflures et les bleus d'un pauvre gars, CRS par défaut de pouvoir être autre chose... et que depuis, il n'y a pas une semaine où les pandores de la ceinture parisienne ne se fassent agresser...
Je serai fonctionnaire de la force publique, je porterai plainte contre mon Ministricule
à talonnettes pour mise en danger d'autrui à des fins publicitaires personnelles....

C'est le "novel" tango de notre Peron à nous qu'on a et que vous ne voyez pas venir..... Sans parler de la Cecilia/Evita/CocoGirl de super marché....

C'est le tango de comment vous faire accepter de n'être que des larves à qui on a volé l'essentiel.
Des bébés baveurs incapables de décider du sens de votre vie... le Kanichabouch© y veillera pour vous ! Il se pourrait même qu'il décide de la marque de votre futur lave-linge... quand Lolo et Guigui du Medef lui auront donné leurs consignes...

C'est le tango du nabot à talonettes qui se dresse sur la pointe des pieds pendant les photos officielles tant il est furieux/frustré que ça devrait tout de même vous mettre une sacrée puce de quinze tonnes minimum à l'oreille....
Le même qui ne digère pas les humiliations de gosse mauvais en tout (et, là, on le comprend !)...

Le même qui va vous les faire payer au centuple (ce qui se comprend nettement moins)... si vous ne vous réveillez pas du plan hypnotique à la Kaa du "Mowgli" de Walt Disney et Kipling réunis...

 

kaa-snake.jpg

Le même migraineux (je précise aux rares auxquels cela aurait échappé s'ils n'avaient lus les chapitres précédents que je SUIS migraineuse et que je sais donc de quoi je cause... comme personne ne pourrait me suspecter de racisme anti-migraineux... et pour cause !) à qui certains rêveurs envisagent très sérieusement de confier LE BOUTON ROUGE DE LA MORT QUI TUE comme si on parlait de champignons de Paris en barquettes...

C'est le tango ...

Insécurité et Vérité sont dans un bateau.
Insécurité matraque Vérité par derrière et la surine dans le dos pour faire bon poids.
Vérité tombe à l'eau.
Qui reste ?

PPDA et le pin's de Bush 

  

Bande-son : Nirvana - All Apologies
 
 
 
Nota de... plus tard... :
La bande-son ne correspond en rien à ce qui est énonçé plus haut... c'est juste la seule chose que je sois capable d'écouter sans griffer les murs de colère...
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu