Avertir le modérateur

27 avril 2007

Moi, Tarzan. Toi, Chita...

medium_lionsgnou.jpg

Je crois bien que c'est un certain Baptiste qui sur un billet précédent disait "être fier d'être français", ce que défendait son champion, Nicolas Sarkozy.
Il y parlait aussi du respect à manifester pour son candidat, comme pour tous les autres.

Je vais très vite évacuer le second point : le respect, ça se mérite.
En cela, Nicolas Sarkozy n'est absolument pas "respectable".
On ne peut pas respecter qui ment, vole, triche, manipule, soudoie, menace ou trompe.
J'ai suffisamment écrit sur le sujet pour m'en tenir à une réponse aussi brève.

Maintenant, le plat de résistance.

"Fier d'être français"...

Mais au nom de quoi ???
Fier d'être né quelque part ?
Fier de n'y être pour rien ?
Fier de n'avoir rien fait pour cela ?  

Fier d'être...
Quelle prétention !
On peut être fier d'une action, pas d'un état.
On peut être fier d'agir avec honnêteté, intégrité, courage, vaillance, compassion, solidarité, sens de l'honneur, sens du bien commun... j'en passe.
Mais fier d'être ?
Comme si un état qui nous est donné, dont on hérite sans mérite, juste parce qu'on naît du bon côté de la barrière pouvait générer un sentiment aussi rare et à utiliser aussi parcimonieusement que la fierté ?

"Fier d'être français"... la bonne blague.

Et dangereuse avec ça.

Parce que la fierté d'être né dans un quelconque clan, une quelconque tribu implique bien souvent le mépris pour celui qui n'en fait pas partie.
Philosophie au rabais des rancoeurs de voisinage, des disputes pour une branche d'arbre qui mord sur la haie, des querelles de baillage, de dessertes communes, de cages d'escaliers.
"Fier d'être français", ça donne 14-18, entre autres... et on voit bien notre bouquet de nerfs à talonnettes qui a déjà commencé à agiter les épouvantails les plus sordides lorsqu'il rappelle que la solution finale, c'est pas nous, c'est l'autre ! Le voisin ! Le pas français ! Le boche, quoi...

Moi, Tarzan le grand... Toi, Chita, le macaque...

Loi de la jungle à tous les étages.
Clavier d'émotions régressives sur lequel le marionnettiste de Neuilly a su jouer en virtuose.
En virtuose, oui !

Parce qu'à l'instar de la savane africaine, il y a beaucoup plus de gnous que de lions sur notre territoire...
Les lions sont à l'abri derrière leurs privilèges de prédateurs, avec leurs parachutes dorés, leurs salaires mirobolants, leurs trains de vie indécents.
Les gnous, eux, ne savent même pas qu'ils sont des gnous. C'est très con, un gnou...
La preuve ?
Une bonne partie du troupeau de gnous a voté pour le chef des lions !
Faut vraiment être benêt comme un gnou pour croire aux promesses du premier bateleur à crinière, quand même...
Pour aller se coucher benoîtement entre les pattes de celui qui va naturellement vous croquer tout vif, en commençant par les coucougnettes, il faut franchement en tenir une bonne couche.
Attention ! Le gnou n'est pas suicidaire ! Il est juste stupide.
Et pendant ce temps-là, le reste des habitants de notre savane bien française, se partageant équitablement les rôles de charognards, vautours ou hyènes, observera le spectacle de la mise à mort, placidement, bien à l'écart de la curée initiale... attendant de pouvoir quémander des restes putréfiés lorsque le lion rassasié attaquera sa sieste.
La dernière en date fumerait la pipe, nous dit-on...

"Fier d'être français" ou le règne de la bêtise crasse et ignorante.
Des fanfares, des défilés militaires et des petits drapeaux qui claquent au vent de la stupidité moutonnière du gnou de base.
Des stades de foot aux hooligans éructants.
Des "On a gagné ! On est les champions !" aux "Ils ont perdus, ces trous-du-cul !".
L'humanité marche à reculons... direction "La guerre du feu"...

Ah ?
On nous signale dans l'oreillette que le chef des lions de l'île de la Jatte serait en fait une pauvre victime de l'antisémitisme et du racisme d'une sale bande de gnous bolchéviques, brutaux et dégoulinants de haine...
Il a juste oublié de rajouter qu'ils avaient aussi la rage et qu'il fallait les piquer fissa.
Au temps pour moi !

Et pendant ce temps-là, aujourd'hui, à Lille, manifestation de 300 zèbres sans-papiers devant le siège régional du MEDEF... du Lion's club.
Le pin's du Chef des Lions envoie ses gorilles bleus avec tonfas : 14 zèbres à l'hopital.
Et qu'ils n'aillent pas protester, hein ?
Ils auraient pu être bouffés tout cru comme le seront les gnous s'ils continuent à gnougnouter...

Commentaires

« il y a beaucoup plus de gnous que de lions »

Mais y aura-t-il plus de gnons, ou plus de loups ?

Écrit par : Swâmi Petaramesh | 27 avril 2007

Ton image des lions et des gnous, forcément immédiatement, me fait penser à celle des Condors et des huemuls au Chili.
Ces deux animaux figurent sur le blason du Chili, mais ces deux animaux ne se cotoient jamais, sauf quand l'un mange le cadavre de l'autre.
La poètesse chilienne Gabriela Mistral parfaitement oubliée en France et pourtant nobélisée comme Néruda (ce père indigne) a écrit un extraordinaire texte sur ces animaux pour décrire la société chilienne tout entière : Menos condor y mas huemul...

Et quand on voit certains des Francais qui vivent ou passent par Valparaiso... y'a pas de quoi être fier.... rire...

Écrit par : BertranD | 28 avril 2007

Pour continuer a se prendre des gnous dans le cou ou l'inverse et rebondir sur un truc qui vole (mais pas un condor là, non)...

"Prenons l'aigle et la tortue.
La tortue dite terrestre --puisqu'il en existe une espèce marine-- vit sur terre, comme son nom l'indique. Impossible de vivre plus près de la terre sans passer dessous. Son horizon ne s'étend guère au-delà de quelques pas. Sa vitesse de pointe excède tout juste celle nécessaire pour prendre une laitue en chasse. Pendant que le reste de l'évolution la dépassait, elle a survécu en n'étant dangereuse pour personne et consommable qu'au prix de mille peine.

L'aigle maintenant. Un animal aérien, un animal des cimes, dont l'horizon s'étend jusqu'au bord du monde. Une vue assez perçante pour repérer à un kilomètre le frémissement d'une petite bête couinante. La puissance et la maîtrise incarnée. La mort instantanée sur ailes. Assez de serres et de griffes pour faire son repas de tout ce qui est plus petit et prendre au moins un morceau sur le pouce de tout ce qui est plus gros.

Pourtant l'aigle reste de faction des heures durant sur son pic à surveiller les royaumes du monde jusqu'a ce qu'il surprenne un mouvement au loin. Il accomode alors, fait un point de plus en plus précis sur la petite carapace qui bringuebale là-bas parmi les brouissailles du désert. Et s'élance...

Une minute plus tard, la tortue voit le monde s'enfuir sous elle. Un monde qu'elle contemple pour la première fois d'une altitude qui ne se compte plus en centimètres mais en centaines de mètres; et elle se dit : L'aigle quand même, ça c'est un ami.

Et alors l'aigle la laisse tomber.

Et presque toujours la tortue éxecute un plongeon mortel. Tout le monde sait pourquoi. La gravité est une habitude dont on a du mal à se débarasser. En revanche nul ne sait pourquoi l'aigle agit ainsi. C'est bon à manger la tortue, mais vu les efforts déployés, on fait un meilleur repas avec à peu près n'importe quoi d'autre. C'est tout bonnement la grande joie des aigles de tourmenter les tortues."

(Terry Pratchett - Les petits dieux)

Je ne me sens pas plus gnou que tortue.
En revanche je crains les serres de ces aigles qui tournoient au dessus de nous.

Écrit par : Nio | 28 avril 2007

Merci pour ce billet.
Le monde animal reste, de loin, beaucoup plus respectable que celui de l'humain. En ce sens qu'on n'a jamais vu des lions massacrer tout un troupeau de gnous. Les prédateurs chassent pour manger et ne dépassent jamais ce besoin, perpétuant ainsi un équilibre écologique que l'homme ne cesse de foutre en l'air. Je ne t'apprends rien, je sais. Loin de moi toute prétention sauf beaucoup de respect pour ta lucidité.
Merci, encore une fois.

Écrit par : younes | 28 avril 2007

@ Bertrand

Promis ! Dès que j'ai une minute, j'irai farfouiller sur la Toile pour en savoir plus sur les condors et les huemuls !
Merci pour ton passage de poète vagabond... :)

@ Nio

Ah non !
Je te rappelle que la tortue, c'est moi !
La preuve ? C'est toi qui me l'a dit !
http://www.flickr.com/photo_zoom.gne?id=39878797&context=set-865795&size=o
Et au sujet de Neil Young : ne te fais pas offrir le DVD de Heart of Gold... ce qui est fait n'est plus à faire... ;))))
Nyark, nyark... juste trouver une plage de calme puisque j'ai un nouveau graveur tout neuf... juste ne plus avoir à faire des allers-retours incessants entre le donjon et mes parents... je vais y arriver... je vais y arriver...

@ Younes

Et oui !
Tu vois, c'est assez drôle mais j'avais écrit ça, il y a presque deux ans :
http://oeuvreaunoir.blogspot.com/2005/06/homo-sapiens-vs-le-monde-entier.html

Ce qui prouve bien que NS est indéniablement humain... CQFD

Écrit par : Grabuge | 28 avril 2007

De rien...
;-)
Tiens, tu peux commencer par là :

http://www.gabrielamistral.uchile.cl/prosa/condorhuemul.html

Écrit par : bertranD | 28 avril 2007

:-)), la chute est bonne.

J'ai basculé sur ton lien, rien à dire. Très bonne journée à toi

Écrit par : younes | 29 avril 2007

Ouhlalalala ça sent l'autosatisfaction a plein nez ici !

Écrit par : guillaume | 24 février 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu