Avertir le modérateur

14 juin 2007

The first rule of the Fight Club is...

... you do not talk about the Fight Club.

medium_collage1.jpg

If ..., I would call it Marla.

Commentaires

"Qui a osé dire que je ne suis que la côte d'un homme!"

J'ai senti, rassemblé, trouvé.
Le noir au pays des couleurs de pub.

Le tapis volant à la frange des mots s'associe.
Il est surprenant. Que les silences sourient!

Chut! Ne dis rien, je m'éclipse.

Écrit par : GPMarcel | 14 juin 2007

Aie.


"C'est le seul vide que je comblerai peut-être
Le seul horizon que je vois par la fenêtre
Le seul sommeil qui pourra me faire renaître
Je t'embrasserai juste avant de disparaître

Mon double dans l'eau trouble
Ravive dans l'eau vive
Mon ombre dans l'eau sombre
Mon ange dans l'orange (...)"
--keren ann : la disparition--

Et je me retire de même à la pointe des pieds.

Écrit par : Nio | 14 juin 2007

Je me demande parfois si les vides ne sont pas que des pleins déliés de tous serments, de toutes sornettes.
Epure de calligraphie de mots, lancée sur portée musicale, à la recherche de l'équilibre sonore.
Hésitant, un instant, entre silence et requiem.
Harmonie.

Oui, équilibre!

Écrit par : GPMarcel | 16 juin 2007

Comprenne qui pourra.
L'image est très belle, mais elle ne m'évoque rien de gai.
L'hiver s'installe à Valparaiso, mais le soleil faisant encore de belles apparitions, en voici quelques rayons !

Écrit par : BertranD | 24 juin 2007

Ca déchirera sa race.
Faut juste attendre trente ans.

Écrit par : Fleuryval | 26 juin 2007

Hey?
Ca va?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 28 juin 2007

Je plussoie le dernier commentaire...
On s'ennuie sans Grabuge...

Écrit par : Amazone | 01 juillet 2007

coucou grabuge,un petit mot de marseille où sont les squatteurs pendant quelque temps bisous à bientôt.
Tendres pensées. Carole

Écrit par : frank | 01 juillet 2007

Ben là ça devient carrément long le temps sans Grabuge.

PLZ caumeuh baque, tu me (nous ? ) manqueuh.

Écrit par : Le CPE | 12 juillet 2007

Ah oui c'est vrai ça!

Écrit par : la mère Denis | 13 juillet 2007

Mes parents sont partis dès la fin de mon enfance
N'avoir que des pleurs de bébé, J'ai eu cette chance

J'habite une douleur
Le poème pulvérisé (1945-1947)
Ne laisse pas le soin de gouverner ton coeur à ces tendresses parentes de l'automne auquel elles empruntent sa placide allure et son affable agonie. L'oeil est précoce à se plisser. La souffrance connaît peu de mots. Préfère te coucher sans fardeau: tu rêveras du lendemain et ton lit te sera léger. Tu rêveras que ta maison n'a plus de vitres. Tu es impatient de t'unir au vent, au vent qui parcourt une année en une nuit. D'autres chanteront l'incorporation mélodieuse, les chairs qui ne personnifient plus que la sorcellerie du sablier. Tu condamneras la gratitude qui se répète. Plus tard, on t'identifiera à quelque géant désagrégé, seigneur de l'impossible.
Pourtant.
Tu n'as fait qu'augmenter le poids de ta nuit. Tu es retourné à la pêche aux murailles, à la canicule sans été. Tu es furieux contre ton amour au centre d'une entente qui s'affole. Songe à la maison parfaite que tu ne verras jamais monter. A quand la récolte de l'abîme? Mais tu as crevé les yeux du lion. Tu crois voir passer la beauté au-dessus des lavandes noires...
Qu'est-ce qui t'a hissé, une fois encore, un peu plus haut, sans te convaincre?
Il n'y a pas de siège pur.
René Char

Écrit par : martingrall | 14 juillet 2007

Doit-on se mettre à genoux pour que tu reviennes ?
Doit-on ouvrir en grand les portes de l'église ?
Doit-on inviter la vie à croire à ses propres chimères ?
Doit-on faire d'un morceau d'os blanchi greffon de l'espérance?

En fin et en faim, tout ça pour dire
Grabuge revient!

Écrit par : martingrall | 16 juillet 2007

Coucou grabuge. je te fais des bisous, repose remet toi bien, puis reviens après, tu manques. (bon j'ai jamais fait de comm chez toi, mais j'ai beaucoup, souvent, lu, bref, bisous ).

Écrit par : totoododo | 23 juillet 2007

GRABUUUUUUUUUUGGGGGGGEEEEEEEEEEEE,
Je suis sous, sous, sous
Sous ton beau blog
Comme nous tous
Oh Oh ma Grabusette
Je reviens comme l'assassin
Sur les lieux de son crime
Mais notre humour n'est pas mort
Hein ? dis-moi que non

Depuis que l'on s'est quitté
Je te jure que j'ai bien changé
Tu ne me reconnaîtrais plus
Et d'abord je ne te vois plus

Je suis rond, rond, rond
Rongé d'remords
J'suis un p’tit gros
Oh Oh ma Grabusette
Je t'en prie encore une fois
Montre-toi magnanime
Donnes-nous une chance encore
Dis ! recommençons.

Écrit par : martingrall | 23 juillet 2007

Tout comme pareil l'identique.

Écrit par : GPMarcel | 23 juillet 2007

Idem que ci-dessus.
Bises.

Écrit par : Flo Py | 24 juillet 2007

A l'instar de ces malheureux pélicans qui hantent la baie de Valparaiso sans but vraiment sinon celui de glaner l'essentiel, de quoi s'alimenter, je me lamente de ne plus m'alimenter là où m'aimantait l'intelligence.
J'aimerais croire à la vieille locution usée qui dit "pas de nouvelles, bonnes nouvelles"...
Pélican un jour, pélican toujours !

Écrit par : BertranD | 26 juillet 2007

Personne ne manque lorsqu’il est présent.
Offert comme un champ nourricier.
Dans la moire j’écris à tâtons les étoiles noires
Je lèche ton ombre sur le sol. Avide de soleil.

Vif, monde apaisé
Univers dépossédé
Sur le parquet muet
L’âme d’un enfant

Le soir personne ne dort plus
Chacun compte l’étoile en plus

Surtout en moins
REVIENS.
Entêtes toi au bonheur.
Juste quand la nuit cède.

Écrit par : martingrall | 26 juillet 2007

y a encore moyen de moyenner,

tout en cherchant à moyenner meilleur!

Écrit par : Thomas Hesse | 27 juillet 2007

Le temps déborde.
Eluard.

Il en reste tant, tous n'en viendront à bout.
L'âme est une vague sans cesse recommencée.
Des volcans naissent les îles de pureté.

Écrit par : martingrall | 31 juillet 2007

J'ai souligné chaque silence.
Je n'ai plus d'encre.

Vains étaient les sourires.
Ils attendaient, patiemment.
C'est fou, la confiance!
Un tracé de mot en une humeur d'étoile
Et l'éclaircie des yeux soulevant le voile
Jouera de la prunelle un fa dièse rieur.

Et en danses subtiles remplira nos espaces.

Écrit par : GPMarcel | 31 juillet 2007

Bon.
Tant pis.
Tu l'auras voulu...
On va envoyer Cécilia et Guéant.

Écrit par : Fleuryval | 31 juillet 2007

holà, terrible la menace, c'est le péril C...
tu nous manques, pas mal.

Écrit par : fanny | 06 août 2007

A tous les regards pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide mais le couvert reste mis. R Char

Grabuge, assieds-toi,
Les fenêtres s'échappent des maisons pour éclairer ta nuit, Grabuge regardes.
Nous sommes tous là du clan des merveilleux.

Écrit par : martingrall | 08 août 2007

Il fait tellement doux qu'on se dirait en Juillet.
Partager cet éclair à l'espoir des pupilles souhait du réel au virtuel futur.
M'alanguir calmement dans les mots qu'on murmure
Et partir tout bruissant sur la pointe des pieds.

Vivre des silences mais aussi jouir du verbe
M'enrouler nez au vent et mes soupirs dans l'herbe.

Attendre.

Écrit par : GPMarcel | 08 août 2007

Bon, tu viens! A table, le souper est presque prêt.

Écrit par : martingrall | 13 août 2007

Tendres pensées de Lille, où la pluie succède au soleil aujourd'hui, demain ça derait être l'inverse.
J'espère que tout va bien entre Pau et Nay.

Écrit par : carole | 14 août 2007

putain, tu me manquerais presque ...
résister tenir ne pas baisser le regard ... enfin, au moins essayer ...

Écrit par : les marques | 21 août 2007

--Georges: "the first rule of the fight-club, you don't talk about the fight-club".
From the pocket of his jacket, Alvin takes a 9mm Berretta, you know, the kind that are fluid enough to get quickly out of where it was hidden, right then BANG!BANG!
--Alvin: "Fuck man, you just broke the rule nuber one, twice!


The end,
Fight club, a tiny adaptation.

Écrit par : Mister T | 21 août 2007

Puis vint l’absence plus forte, insidieuse.
L’absence floue et distante, amante.
L’absence de chacun lorsqu’ils ne font qu’un.
Absence doublée dont les voiles interrogent.

Écrit par : martingrall | 23 août 2007

Je passais par là et viens te transmettre mon affection.

Écrit par : Olivier B. | 26 août 2007

Absence.
Lorsque l'âme est à l'aplomb
L'autre soleil perd son ombre
Le monde s'éclaire
Et tous les yeux s"allument.

Écrit par : martingrall | 27 août 2007

Grabuge, tu manques tout plein énormément.

Reviens STP.

Écrit par : Le CPE | 28 août 2007

Je me le permets.
Je singularise le nous et le fait je.

Grabuge, tu me manques.

Écrit par : GPMarcel | 28 août 2007

baci

Écrit par : céleste | 10 septembre 2007

toujours pas...

Sans te connaître, je pense à toi.
Comme dirait Céleste : namaste

Écrit par : fanny | 16 septembre 2007

Très beau billet !

Écrit par : younes | 18 septembre 2007

Un passage, une pensée...

Écrit par : AnT | 21 septembre 2007

La nostalgie est toujours ce qu'elle est.

Écrit par : martingrall | 22 septembre 2007

Que les Pyrénées t'entourent!

Écrit par : GPMarcel | 23 septembre 2007

HEYYYYYYYYYYYYYYYYY!
TU VAS LAISSER LE CHAMP LIBRE A L*** L* M*** PENDANT LONGTEMPS???

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 01 octobre 2007

Là, je crois que tu fais chier, mais je croix seulement. Je peux me tromper.

Écrit par : martingrall | 03 octobre 2007

Sacrée merde que cet univers décomposé, cette naphtaline de grand-mère qui désire encore être jeune ...
Un an déjà que vos commentaires anti se répandaient dans les sillons nauséabons d'un larzaqueux dépassé !
Sarkozy le petit vous remercie !!!!

Écrit par : Blanche | 05 octobre 2007

Affection toujours, faisant un petit tour.

Écrit par : Olivier B. | 11 octobre 2007

sur la pointe de la souris, juste pour dire, on ne t'oublie toujours pas.

Écrit par : fanny | 21 octobre 2007

C'est une nuit qui tombe
C'est une poésie aussi
Où passaient les colombes
Un soir de jalousie
Un livre est ouvert
Tu as touché cette page
Tu avais fêlé ce verre
Au retour d'un grand voyage
Il reste les bagages
L'absence, la voilà

JL D'abadie

Écrit par : martingrall | 26 octobre 2007

Pas longtemps que j'ose ecrire dans les blogs,mais un bon bout de temps que je passe ici...Je reviendrai plus tard...

Écrit par : yelrah | 30 octobre 2007

coucou grabuge, j'espere que tu vas bien, je te fais des bisous.

martingrall c vraiment un gros lourd

Écrit par : narj | 05 novembre 2007

Un mot, une pensée pour écrire que tu manques encore.


Ô cruelle absence !

Écrit par : Le CPE | 06 novembre 2007

Pensées

Écrit par : younes | 08 novembre 2007

Héllo...

Écrit par : yelrah | 28 novembre 2007

tu manques...

Écrit par : fanny | 28 novembre 2007

Y'a pas de raison,
le "sitting" non violent s'impose.
Le sourire est désarmant.

Écrit par : GPMarcel | 30 novembre 2007

L'avantage du bail est qu'il a un terme.
Ha ben Grabuge ça fait un bail dis donc

Écrit par : martingrall | 16 décembre 2007

J'ai déjà essayé x fois de laisser un com, ça passe pas!

Grabuge, t'es où, j'te connais mal, mais t'es où quand même ?

T'es toujours en lien chez Yéti et Céleste, alors! Je sais qu't'es pas morte! A plus.

vieil anar

Écrit par : vieil anar | 19 décembre 2007

C'est vrai que tu nous manques...

Écrit par : mc | 20 décembre 2007

'tain ça m'énerve


je viens à peine de comprendre qui se "cache" derrière grabuge (aah, ublog.. ^^) et je réalise que ce blog s'endort depuis un bail


bon moi non plus j'écris plus m'enfin quand même
du nerf !

:p

Écrit par : MKe | 23 décembre 2007

Joyeux noël, et toute cette sorte de choses...
Je te souhaite la paix, puisqu'il paraît que tu la cherches (chez Swammi dixit).
Quand tu voudras...

Écrit par : fanny | 24 décembre 2007

Meilleurs voeux pour toi et tous ceux que tu portes dans ton coeur.

Écrit par : younes | 01 janvier 2008

Moi j'suis un écrivain enragé qu'un certain Guy a dégagé parce que c'est méchant les Andy vérol! Méchant!

J'ai un problème avec cette France qui n'accepte pas la déchéance... ça fait mal au coeur... Mal Au Coeur...

http://andy-verol.blogg.org

Écrit par : Andy Vérol | 02 janvier 2008

2008-2009-2010-2011-2012-2013-2014-2015-2016-2017-2018-2019-2020-

Écrit par : martingrall | 04 janvier 2008

LE politiquement correct, c'est comme mettre des capotes avec la femme avec qui on vit... Alors pour les pédés, ben j'ai ça:

http://www.blogg.org/blog-50803-billet-putain_que_c_est_bien_bon_mon_bon____les_allemands__putain__c_est_bien___-734796.html

Écrit par : Underpay Resistance | 06 janvier 2008

Comment murmurer un " je m'ennuie de vous" si on ne le dit pas du bout du coeur.

Écrit par : GPMarcel | 14 mars 2008

Toujours là sans être là.

Paz y salud.

Zgur

Écrit par : Zgur | 21 mars 2008

Jour singulier, pensée singulière ...

Écrit par : AnT | 06 avril 2008

Bientôt un an de silence...
Bises

Écrit par : Olivier B. | 08 juin 2008

Bonsoir madame.
Aspe resplendit dans les formes qui s'allongent.
Que demander en quiétude supplémentaire!
Bonsoir madame, le long du sentier mon ombre vous accompagne.
Silence des yeux fermés.
Bonsoir.

Écrit par : GPMarcel | 05 juillet 2008

Pensées pour toi

Écrit par : younes | 30 juillet 2008

Où es-tu ?

Écrit par : Exigeant | 28 septembre 2008

Ma belle Grabuge, quel jôli nom pour un fantôme, une dame blanche de quelque parc ombragé frémissant, je ne sais pas quels sont tes tourments,(tu ne voudrais pas savoir quels sont les miens....!). Je ne vais rien te souhaiter qu'une éclaircie d'automne, pas plus, pas moins... Grabuge, ma semblable, ma soeur...! Je t'aime..., si tu veux bien...!

Écrit par : vieil anar | 28 septembre 2008

Même les ombres ont besoin de bisous.
J'ai lu ça dans la forme qui se mouvait
Derrière mes paupières fermées.
A bientôt Grabuge car tes mots distillés ne t'appartiennent plus une fois donnés et je peux m'y pencher rêveur et attentionné.
Les tapis volants sont faits pour cela.

Écrit par : GPMarcel | 02 janvier 2009

Que l'année nouvelle te soit douce
Où que tu sois

Paz y Salud

Zgur

Écrit par : Zgur | 05 janvier 2009

pouet

Écrit par : pouet | 17 juin 2013

Que c'est con la nuit quand on ne cesse de dire que c'est con la nuit.

Écrit par : GPMarcel | 02 décembre 2013

Hello Marla, oui, on n'oublie pas...

Cités éphémères
Coffres, antres d'ors
Seul triomphe
Un coeur bohême

Écrit par : younes | 26 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu