Avertir le modérateur

11 avril 2007

Organisme Génétiquement Malsain

Or donc, me voilà par la grâce de l'inculture crasse de Sa Talonette, décrétée Organisme Génétiquement Malsain.

Remarquez, j'ai quand même de la chance : je ne suis pas suicidaire ET pédophile !
Deux gênes défaillants en même temps, j'aurais pu, si l'envie incongrue de vieillir dans le monde de Sarkozy m'était venue à l'esprit, intenter un procès à mes parents comme ces mômes qui attaquent leurs géniteurs pour "abandon"  si ces derniers trouvent un tantinet excessif d'être contraints de les loger, nourrir, blanchir passé 40 ans !

Pauvre, pauvre Nicolas !
Non content d'étaler une bêtise et une méconnaissance des réalités qui, elles, l'autoriseraient à attaquer ses propres parents pour défaut d'instruction, il s'enferre un peu plus dans le passionnel, le "tripal" le plus obtus.
Celui des foules lyncheuses.
Celui des sorcières de Salem.
Celui des Nuits de Cristal.

Socrate, Cicéron, Primo Levi, Stig Dagerman et Patrick Dewaere doivent faire la toupie universelle dans leurs tombes à entendre les élucubrations de l'agité notoire de l'ïle de la Jatte. C'est quoi, la prochaine étape ?

Il va faire interdire d'antenne "Les désespérés" de Jacques Brel ?

Il faut bien peu de chose pour défaire un humain.
Il en faut tellement pour le mettre au monde et lui offrir les mots, le temps, le courage d'être.
Il faudrait entendre le cri du poisson.
Il faudrait vivre avec sa peur, il faudrait en hériter pendant quelques secondes pour que de lui à nous, de lui au Gauleiter de Neuilly, quelque chose se passe, quelque chose advienne.

Nicolas Sarkozy n'entend rien que sa propre voix de fausset hystérique, rien que les vivats enivrants d'une foule hypnotisée comme d'autres foules en d'autres temps, dans des stades aux oriflammes claquants au vent mauvais de l'Histoire et aux marches aux flambeaux galvanisantes de jeunes gens "sains"...

Nicolas Sarkozy n'offre que des mots qui tuent. Aussi sûrement qu'une balle dans la tête.
Il serait bien capable de vous facturer la munition.

Dans son journal (indispensable lecture pour se laver des torrents de boue que charrie ce qui sert de bouche à Karcher 1er), Cesare Pavese, autre grand malade génétiquement irrécupérable, écrivait :

"La plus atroce offense que l'on puisse faire à un homme c'est de nier qu'il souffre". 

Lorsqu'il s'est suicidé, seul, dans une chambre d'hôtel, on a trouvé sur la table un dernier texte.
Son dernier texte.
Il était titré : "La mort viendra et elle aura tes yeux".

La prochaine fois que vous le regarderez faire le petit coq sur vos écrans cathodiques, observez soigneusement les yeux de Nicolas Sarkozy.
Et puis détournez vite la tête comme les navigateurs ou les passants le faisaient s'ils avaient le malheur de croiser la Gorgone Méduse...


Bande-son : Eels - Elizabeth on the bathroom floor

06 avril 2007

Le "gras bouge" encore...

... quitte à décevoir les petits marécages cloaqueux... ;)))

Pour ceux qui ont tenté de laisser des commentaires depuis plus d'un mois et demi sans y parvenir, qu'ils sachent que ce n'était pas du tout "volontaire" : juste un conflit incongru entre les modifs apportées à la plateforme 20minutes et le bouton "Actualiser" de mon "Ciel de lit" en colonne de droite (on devrait toujours se méfier des "colonnes de droite"... la 5ème colonne à côté, c'est peanuts !).
Et comme j'étais enfouie dans mes abysses personnelles dont je suis la seule Impératrice des Ténèbres autoproclamée, je n'avais aucune idée du bintz, ni des inquiétudes induites...
Blâmez la technique si ça vous soulage.

C'est réparé (merci Jamal de 20minutes pour les bonnes pistes... et la prise de tête de cet après-midi ! J'espère qu'ils te paient pour ta valeur autant que pour ta gentillesse).
Ça va mieux comme ça, ZGUR ? ;)

Pas encore tout à fait mourue mais pas encore reviendue d'au-delà de l'Acheron non plus.
Sans parler du Styx qui me fait de l'oeil à n'en plus pouvoir...
Jamais vu un dragueur pareil ! Le Chouchou d'un Gars et une Fille à côté, c'est carrément un mix de Manwë et de Gabriel en Pantone 3D l
Vais-je pouvoir résister bien longtemps ?

Patience. Je cicatrise fort mal... quand je cicatrise ! Et ce ne sont pas les petites lâchetés et grosses trahisons quotidiennes qui dégrippent la machine à pester.
Encore un peu de nettoyage par le vide à faire dans la ménagerie blogoboulesque et on verra si le désir revient.
Pour la béatitude, vous attendrez que mes cendres soient refroidies.

N'empêche que je me dis parfois que je suis sacrément privilégiée d'être la frontalière d'un pays où des Francisquito n'ont plus cours depuis un certain 20 novembre 1975.
Au pire, je fais le trajet inverse des grands-parents paternels de mes gremlins à moi que j'ai fait...
Mais pour les mêmes raisons.
Et le mois de mai est plus clément pour reprendre les chemins de contrebandiers de mes Pyrénées... histoire de mettre de la distance entre le ventre qui se demandera s'il enfantera de nouveau la bébête immonde et mes abattis putrescents.

Pour le moment... et pour des raisons qui ne regardent que moi, je suis un peu trop scotchée sur ça :


Bande-son : Dave Matthews - Some Devil
 
Les blindés (ou atrophiés, suivant l'angle duquel on observe narquoisement, derrière son Perspex Dome...) de la tête et du coeur non anglophones ou durs d'oreilles peuvent suivre le texte en cliquant sur la suite de la note.
Pour les autres, je leur conseille charitablement de s'abstenir, quitte à rester dans un flou innoçent...

Lire la suite

14 février 2007

Les nuisibles

Suite à la note du 11 février, de petits malins ont cru facétieux et subtil de s'amuser à détruire le seul blog que j'hébergeai sur des pages persos et non une plate-forme extérieure...

Je ne me pose même pas la question de savoir qui : c'est malheureusement signé et il n'est qu'à suivre leur odeur fétide...

En revanche, je me pose d'autres questions...
Aussi, et tant que je n'y aurai pas apporté de réponses qui cicatrisent, je retourne à l'écriture du silence.

11 février 2007

Je suis sous... sous... sous...

Georges 1958

 

... en fait, juste "paf"... le Champagne brut après un mois d'abstinence totale, ça dépote !

J'avais envie d'en faire une tartine sur le gimmick Karchérien qui m'énerve le plus, le fameux "Travailler plus pour gagner plus"... ça attendra que les bulles aient disparues des synapses ! 

J'avais déjà dit que Grabuge n'était pas un lieu intime (sauf s'il y avait le feu au lac...) mais il faut que ça sorte d'une manière ou d'une autre.
Ce qui est certain : le lieu adequat aurait été ce pauvre "Éloge de la fuite" déserté... ou "L'Oeuvre au noir" qui démarrait sur son lit d'hôpital mais je ne me sens pas de ranimer des cendres.

Vous attendrez demain pour le billet au vitriol sur les égarements du petit Nicolas.

Alors voilà...
Aujourd'hui, IL a eu 85 ans....
Vous calculez : ça vous fait du 20 ans en 1942 et vous comprenez un peu mieux comment elle a été construite la Grabuge, sur quelles bases, sur quelles notions, sur quels concepts, sur quelles allergies...
On en a d'ailleurs longuement discuté pendant que ma mère (et donc son épouse) regardait qui du tennis, qui la Pimprenelle, qui du patinage artistique...

La mère en question se prénomme Marie-Jeanne pour l'État-Civil.
Sauf que personne au monde depuis sa naissance ne l'a appelée autrement que Suzette.
A son grand désespoir... ma mère a le chic pour se lamenter sur des vieilleries antédiluviennes contre lesquelles elle ne peut rien...

Je leur ai donc fait... les crêpes Suzette qu'Escoffier avait concoctées pour le Prince de Galles et sa maîtresse du moment, une simili-actrice franchement demi-mondaine, prénommée Suzette....
Pâte : farine, oeufs, lait, sucre vanillé, jus de mandarine, beurre liquéfié, curaçao.
Garniture : beurre liquéfié, zestes de mandarines macérés dans le curaçao, sucre, jus de mandarine.

On NE FLAMBE PAS des crêpes Suzette !
Ou alors on appelle ça autrement.

Nous, on s'en lèche encore les babines....

Et puis il y avait la séquence "cadeaux"...
C'est Guitounet, le "vendu à Choc" (mwahahahaha ! g.b., j'en rigole encore des leçons de morale que les Pères-la-Vertu t'assènent avec une bonne conscience qui n'a d'égale que la saleté de leurs fonds de culotte !) qui va être content parce que j'ai pioché dans le fond des Éditions Privé et qu'il a eu le dernier Fontenelle et le Ron l'Infirmier...

Mais là... j'ai fait mes 18 kms retour dans un état second (et pas qu'à cause du champ' !) et je sens que ça va retomber comme n'importe quel soufflé.

Il y a 4 ans, je me disais que je devais compter les jours de vie de mon grand Georges en plus de compter les miens.
Aujourd'hui il est toujours là, diminué physiquement certes mais pas sur d'autres plans, quoiqu'il en dise...
Et je suis toujours là, telle une chatte de gouttière sur un toit brûlant à guetter le signe précurseur, la corneille qui viendra torturer mon tympan en croassant qu'on est partis pour la dégringolade ultime...

Il me parlait cet après-midi de cette faculté d'encolèrement qu'il m'envie et dont la progressive disparition lui semble un des symptômes de l'âge.
Je ne lui disais pas  que la colère ne sert de rien s'il n'y a pas désir de vivre.
Que c'est du "chiqué"... de l'enrobage... du ruban bolduc pour cacher la monstruosité qui gît, tapie à l'intérieur du tout profond...
Qu'on peut paraître incroyablement "vivant" alors que toute la structure intérieure s'est barrée depuis belle lurette...que c'est que de la coquille vide, comme ces oeufs de Pâques russes, super beaux à l'extérieur, comme peints par Fabergé, mais c'est que du trompe-l'oeil, mon bon !

Non... décidément non... tu ne dis pas à ton père, le jour de son anniversaire, que ta simili-fausse-vie se résume à attendre  qu'il disparaisse pour t'échapper à ton tour d'un monde où tu n'as rien à faire.

Tu lui fais des crêpes Suzette.... et tu la fermes...


Bande-son : Trent Reznor - Something I can Never have (Live acoustic)

05 février 2007

V'la l'Printemps...

lolo3.jpg

Ça a glissé comme une lettre à la poste, voire un bobsleigh monégasque à Gstaad...
Passez muscade... On s'intéresse de nouveau aux concepts creux, aux petites phrases vides, aux boules puantes, aux promesses d'ivrognes. C'est tellement plus marrant !

Alors je vous la refais, histoire que ça s'imprime un peu plus profond dans quelques cases de nos cerveaux.
Et puis c'est tellement jubilatoire d'entendre Laurence "Fille à Papa Portes de placard" Parisot couiner que Jojo les Belles Bacchantes dit n'importe quoi quand il commence son discours de candidature par "Un grand patron gagne 300 fois ou plus qu’un smicard".

Il se trouve que Lolo a une bonne copine : une autre Lolo... le monde est si petit.
Lolo 2 est restée moins de 6 ans à la tête du PPR, le Printemps quoi.
Elle en repart avec plus de 6 années de salaire...
Premier Youplaboum...

Selon les sources (on va la jouer côte mal taillée en tenant compte des variations saisonnières comme à la météo), ça donne 2,5 millions d'euros comme indemnités de départ et environ 4 millions d'euros de "prime de succès"... sic et interdit de rigoler !

Voyons voir...
Sachant que 84% des salariés (à 75% des femmes) du Printemps touchent moins de 1500 euros brut (donc moins de 1150 net, en gros), calculez combien de salaires mensuels la Lolo 2 s'est goinfré d'un seul coup d'un seul.
Deuxième Youplaboum...

Maintenant, sachant que le Printemps affiche royalement un résultat d'exploitation nul, que les Galeries Lafayette (ze big concurrent) a fait en 2006 65% de chiffre d'affaires de plus, alors qu'il en faisait déja 50% de plus en 2004, que la valorisation du Printemps n'est due qu'à la hausse de l'immobilier et pas du tout à son "management" (dixit tous les experts), calculez ce que peut bien vouloir dire "prime de succès" pour 4 millions d'euros.
Troisième Youplaboum...

A part ça, Lolo 1ère chante sur tous les tons que les patrons qui gagnent des fortunes qu'on n'arrive même pas à concevoir sont de pov' victimes de la vindicte du populo qui, si on distribuait leur cagnotte de rien du tout et tellement méritée, ne toucherait que quelques euros par tête de pipe...
Et Lolo 1ère défend sa copine Lolo 2 becs et ongles... elle l'avait nommée à la tête d'une commission patronale sur les jeunes après le CPE et Lolo 1ère n'est pas du genre à se laisser enquiquiner par les pouilleux qui réclameraient, cette lie, la tête de sa copine Lolo 2 !

Last but not least... petite piqûre de rappel :

Jérôme Jaffré... Jean-Marie Messier... Daniel Bernard... Antoine Zacharias... Noël Forgeard... Laurence Danon... Virginie  Clampin, caissière au Printemps : cherchez l'intrus !

C'était la minute "Restos du Coeur" mais sans raffle au faciès de la flicaille de Sarkozy. ..


Bande-son : Divine Comedy - The Frog Princess
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu